mercredi 4 juillet 2007

Vous ne viendrez plus chez nous par hasard



Qui possède un large choix d'album de tous les genres ? un accueil personnalisé ? des conseils d’achats ? Des espaces détentes ? Qui défend une politique d’offre et de soutien aux indépendants ? Qui est un vrai havre de culture ? une porte d’accès à l’Art pour l’ensemble de la population ?

Oui c’est elle, la seule, la vraie, l’unique, LA FNAC. Ouf, heureusement qu’elle est là La FNAC, pour sauver la Culture La FNAC, défendeur de la veuve et de l’orphelin, portant haut et fort l’étendard (sanglant élevé) de l’exception culturelle Française. Avec un grand F comme FNAC.

Mais attention, méfiez vous des contrefaçons. Il existe partout dans notre pays, de vulgaire remake des ces hauts lieu de la culture. Vous voyez, ces magasins en centre ville. Il n’y a pas de parking (c’est comme ça qu’on les reconnaît). A l’intérieur, c’est froid et glacial. Le personnel peu disposé est débordé. Les disques sont rares, les offres sont toujours les mêmes, le choix est (de plus en plus) limité. Les écoutes de CD sont limitées. Il n’y a plus de conseil, que des caissiers. On trouve les mêmes têtes de gondole qu’au Leclerc du coin. …

Mais attention, ce ne sont pas des FNAC, que des contrefaçons, de vulgaires temples de la consommation, où l’on vend de la marchandise (bouh c’est mal) pour faire des sous, alors place aux gros artistes. N’espérez pas trouver un disque de plus de trois mois n’étant jamais passé sur les bandes FM.

Ces lieux sont à l’opposés des FNAC. Beurk, des lieux de commerce, d’argent de marge arrière, d'opération commerciale, de cotation en bourse (et peut être même de drogue ou de prostitution). Vade Retro Satanas !
Pourtant, tout ressemble au pays magique et merveilleux de la FNAC.
Les sacs FNAC, les gilets verts FNAC, les cartes Adhérents FNAC (qui ne marche pourtant pas chez Leclerc !) et même les queues interminables pour aller retirer son écran plat. Honte à eux ! Ces horribles magasins utilisent l’enseigne pure et chaste de la FNAC

SACRILEGE !!!

Ouf, la grande direction pleine de sagesse et de compassion éternelle pour la culture et sa distribution parmi les pauvres et les malheureux a pris conscience de ce mal. Dieu Olivenne est grand et dans son rôle de super ministère de la culture (la vraie avec un grand C, pas-celle- qui-s’achète-comme-on-achète-des-chaussettes) a créé un monde de paix et de joie ultime : Un site communautaire FNAC. Allélulia !
Le meilleur de l’esprit FNAC dans un site à la Myspace avec pleins de gentils artistes tout très indépendant chez des majors et des jolies vidéos (voir ci-dessus) réalisées par les employés de la FNAC. Un monde de rêve loin des magasins sales où l’ont fait des choses horrible avec la culture…..Bouh…on la vend !

1 commentaires:

laureD a dit…

Je suis trés trés d'accord avec toi. Mon soucis: où (en tout cas à Paris)trouver des disquaires non seulement bien pourvus en disques "peu commerciaux" et autrement plus intéressants que la soupe vendeuse, mais aussi qui sachent donner un bon conseil. Ce serait chouette de discuter pour de vrai avec de vrais gens plutôt que de se promener sur internet pour faire de jolies découvertes musicales.
Tchu Laure