vendredi 28 septembre 2007

Internet, me revoilà



Depuis le 11 septembre, je n’avais plus d’Internet. Une information aussi anodine qu’inintéressante.
A moins que…

Boulimique, voilà, je suis boulimique du web. Netvibes, blog, les sites d’info, youtube, les flux RSS, les podcasts, je consomme non stop du web, entre 6 et 8h par jour.
La cure obligée par décès de ma box m’a ouvert les yeux.

1- En dehors de sa connexion, il est difficile et/ou payant de se connecter à la toile.

2 - De plus en plus d’activité et d’accès à l’info passe par le web. On se sent orphelin quand on n’a plus accès à son site de la météo et ses flux RSS.

3 – Les sites communautaires, les flux RSS, le téléchargement s’appliquent difficilement à une connexion nomade. Même connecté dans un web café avec son propre PC, avoir 150 flux RSS arriver d’un coup (car pas connecté pendant 2 jours) n’a pas de sens.

4 – On peut vivre sans le net. Ils sont nombreux à le faire et ils ont leurs raisons. Voilà, entre un connecté à domicile et un Sans Connexion Fixe, il y a un monde d’écart, et un plus grand entre les connectés et les non connectés.

Webons heureux, webons mobile

Le web sort des bureau et des chaumières pour prendre place en ville. Les accès se multiplient sans toujours garantir les succès.

La ville de Paris a mis en place cet été des accès wifi libre dans les parcs et les bibliothèques de l’agglomérations. D’autres villes ont aussi leurs accès wifi libre.

Le centre Pompidou(voir photo), fut l’un des premier en France à mettre le wifi en accès libre dans son musée. Du wifi dans un musée ? Mais pourquoi faire ? Pour permettre le trait d’union entre le monde de l’art contemporain réel et virtuel.

Certaines enseignes (McDo et Starbuck) l’offre aussi à leurs clients, autres arguments de ventes.

Le web gagne donc du terrain dans notre espace de vie.

Les demandes d’Internet sont centralisées dans des zones bien précises comme les gares ou les cafés et surtout les transports.

Des projet via le réseau de téléphonie mobile sont en cours en Suisse (à des prix exorbitant) pour des connections perturbées par les tunnels et les carences de couverture. Moins cher, le Tahlys devrait équiper les rames d’un même accès wifi.

Pourtant, la généralisation des accès à du mal à gagner la ville. La mise en place du tout wifi dans certaines villes américaines n’est pas toujours un succès. L’exemple de San Francisco ou Chicago relevé par internetactu.net en est un exemple.

Trop cher, pas assez performant, ces solutions pourtant idyllique dans un monde connecter ne semble pas trouver le succès. Seules les communautés ou les zones rurales ont trouver une forme de succès.

Jamais sans mon web

Mais les temps changent. Aujourd’hui iPhone et les nouvelles générations de portable ou de baladeur MP3/vidéo (comme le dernier Archos) sont wifi. Si l’utilisation du web en tant que piéton n’est pas encore généralisé, il existe déjà les outils pour accéder. Alors, quel est le plus urgent, multiplier les points d’accès wifi pour ces nouveau utilisateurs 100% nomades ou développer les services web à ses nouveaux internautes nomades ?

Les cibles de ces nouveaux services et de ces nouvelles connexion ne sont pas les nouveaux Internautes mais les accrocs au web. Pour démocratiser l’accès à de nouveau point web, pour démocratiser le web nomade, il faut inventer de nouveaux services, il faut créer le besoins.

Et la musique dans tout ça ? On peut déjà télécharger de la musique à Starbucks et suivre un concert en live sur son téléphone prtable . Que nous réserve l'avenir ?
Peut on imaginer des salles de concerts wifi pour télécharger sur son portable des vidéos du live ou des bonus, ou les backstages du concert que l’ont regarde ?

Inventons, inventons sinon on ne vendra jamais assez d’iPhone !

2 commentaires:

louise miches a dit…

Fred ? Popaul ? Karoutcho ?
mais tu savais que quand on tapait "boulimique du web" dans google (quoi ? on tape ce qu'on veut, non ?) on tombait sur une page bizarre, qui parle de truc dont à priori on n'a rien à faire, mais que finalement quand on regarde la photo en haut à droite ça change de sens ?
Tu savais ?
Dis, c'est bizarre, quand même...
je suppose que tu as déjà deviné qui je suis, mais bon, au cas où non, ça devrait te mettre sur la voie :
http://louisemiches.blogspot.com/2007/09/soire-cossaise-quand-il-ny-en-plus.html
bises à bientôt

jacinthe a dit…

Serais-tu en train de devenir un infobèse ? Ou le virus de l’info-obésité t'as déjà touché toi aussi ? Mais qu'allons nous devenir ?
:)