mercredi 17 octobre 2007

La Valse des prix


Une flânerie hier matin à Virgin m’a fait perdre la tête. J’avoue, je n’avais pas traîné mes guêtres dans les rayonnages depuis quelques semaines. Dans ce nouveau magasin tout neuf et tout beau gare de l’Est, j’ai pu voir le strict minimum en livres, CD et DVD : la routine. Ce qui m’a sauté aux yeux, ce sont les prix. 4 nouveautés au pif, et c’est la claque.
Bruce Springsteen, Magic – Colombia / Sony BMG – 20,40€ (digipack)
De la part de Sony, j’ai l’habitude d’avoir des prix élevé pour des nouveautés. J’avais vécu ça déjà en tant que disquaire avec Devils & Dust en 2005 du même Springsteen. De mémoire, il était moins cher dans les rayons de mon disquaire indépendant.


Maria Callas Eternelle, 2CD digipack plus DVD Edition Limitée, EMI classics/EMI
– 19,99€
Trois fois moins cher que Bruce Springsteen. A noter, le cover est celui de l’affiche de l’expo Callas à Paris.

Katie Melua, Pictures, Dramtico / Naïve – 15,99€

Keren Ann, album éponyme Capitol Records / EMI – 9,99€ Neuf !


Voilà, pour des nouveautés exclusivement. Côté rééditions, EMI sort un coffret de deux albums d’un même artiste à 9,99€. Rien de nouveau, c’est juste passé sous la barre des 10€. Deux albums de Daft Punk ou deux albums d’Edith Piaf, bizarrement, c’est avec Piaf qu’EMI gagnera plus d’argent.

Pourquoi tant de disparité dans les prix alors que, pour les trois artistes vivant, l’album arrive à un moment propice de leurs carrières. Keren Ann a son public, Katie Melua décolle avec cet album et l’on ne présente plus Bruce Springsteen. Une plus grosse promo pour Bruce Springsteen ?
Pour la Callas, EMI a compilé ses albums déjà édités et déjà rentabilisé. Le talent sur ce produit est la qualité de présentation, un beau double CD digipack avec DVD plutôt un mid price tout moche à moins de 10€. Le tout avec un bon arrosage de promo et une grosse visibilité de la Diva pour cause d’anniversaire, le succès est assuré.

Côté fnac.com, le Springsteen est à 17,99 € et le Keren Ann à 11,99€ !
Il n’y a pas de raison d’une si grande différence de prix. Le produit fini est distribué au magasin au même prix : le PGHT, Prix de Gros Hors Taxe. Chaque magasin applique un coefficient incluant frais, TVA et marge. Le coefficient moyen ou standard au choix, oscille entre 1,7 et 1,72. Par exemple le Bruce Springsteen a un PGHT de 11,80€ avec un coefficient de 1,72. A la FNAC, le CD est à 17,99€ soit 12% moins cher qu’à Virgin. FNAC a négocié une grosse remise (ou sur-remise) et en a fait bénéficié le produit. Le disque de Bruce Springsteen est moins cher à la FNAC car elle doit avoir une remise de 15 ou 20% (qui augmente sa marge au passage).
Avec les mêmes coûts, la même TVA, la même marge de base, la FNAC vend moins chère grâce à une négociation de gros volume en amont pour le Springsteen mais vend plus cher Keren Ann en absence de cette même négociation.


C’est encore plus drôle avec l’intégrale Beethoven, Brilliant Classics / Abeille Musique. Prix conseillé, 99,99€ pour 100 CD.

A Virgin, il est à 99,99€ prix spécial nouveauté !. Son PGHT est fit pour être vendu à 99,99€ avec le coefficient de 1,72 appliqué par un maximum de détaillant (GSS comme indépendant).
Alors, la feinte de la FNAC et de Virgin, c’est de gonflé la marge sue ces produit (vendu « non prix nouveauté à 117,40 €, soit une augmentation de marge de 25% !!!). A noter que E.Leclerc, Alapage, Amazon ou chapitre.com proposent des coffrets à des prix inféieurs ou très inférieurs à 99,99€.

Alors oui, on peut se poser plein de question sur les prix des CD.
Pourquoi seul les indépendants ont stabilisé leurs prix d’album depuis plus de 10 ans ?
Ou est la marge du producteur/distributeur (la majors EMI) quand elle vend le dernier Keren Ann à 5,81€ marge comprise ?
Comment le consommateur s’y retrouve ?

Un album physique vendu en nouveauté à 9,99€ dévalorise l’échelle des valeurs pour le support physique mais aussi pour le numérique car un album numérique est vendu…9,99€ avec DRM et 12,99€ sans !

A quoi joue les professionnels de la musique a baissé les prix, occuper l’espace et gratter des marges comme peut le faire mon ami Pascal, commercial dans…les pommes de terres. Son combat est quotidien pour avoir ses pommes de terres bien placé dans les linéaires des grandes surfaces mais pour la musique ? seul la position en magasin fait l’acte d’achat ? Le nom de l’artiste, sa renommé ou tout simplement la musique n’a t elle pas plus de valeur qu’un simple prix et une place sur un étale ?

Actuellement, c’est au distributeur mais aussi et surtout aux producteurs de faire l’effort pour baisser les prix des albums tandis que les marges des revendeurs se stabilisent ou augmentent. C’est celui qui investit le plus dans un album qui dit faire le plus d’effort sur ses marges pour baisser le prix du CD. Un prix qui baisse par une dévalorisation du produit dû entre autres, aux opérations coup de poing des distributeurs avec les CD à 9,99€ ou 6,99€ pour…écouler du stock.


Pour info, c’est au détaillant de faire l’effort quand un produit est en baisse de régime en magasins. C’est une règle dans le commerce que les clients connaissent très, ça s’appelle les soldes. Or, les disques soldés en magasins sont des opérations des distributeurs (c’est pourquoi on trouve toujours les mêmes disques soldés aux mêmes endroits). De son côté, FNAC et Virgin retournent joyeusement les disques (qu’il peuvent garder en rayon 1 an mais qui reparte chez le distributeur le plus tôt possible). C’est la logique du système disque.


Oui monsieur Olivennes, vous avez des frais, du personnel (qui disparaît jour après jour des magasins), des loyers en augmentation car en centre ville et des factures d’électricité qui vous servent aussi à vendre des écrans plats et des baladeurs, des produits tendance, cher et high tech avec une grosse concurrence, idéal pour « marger » comme un gros cochon.

6 commentaires:

Fried a dit…

"Marger comme un gros cochon", il faudra que je retienne cette expression.

patricialavila a dit…

Le premier négrier ou marchand qui m'emmerde parce que je télécharger gratuit et que je paie mes places de concert, je l'eLe premier négrier ou marchand qui m'emmerde parce que je télécharger gratuit et que je paie mes places de concert, je l'empale. mpale.

patricialavila a dit…

Le premier négrier ou marchand qui m'emmerde parce que je télécharger gratuit et que je paie mes places de concert, je l'empale.

gna a dit…

En ce qui concerne les prix pratiqués en magasin, tu aurais du te rendre dans un virgin "normal" pour que ta démonstration soit correcte; en effet dans les gares les prix sont gonflés car la sncf touche un pourcentage sur le CA! Je ne te parle même pas des tarifs que tu aurais pu voir à Orly...
Le prix peut varier de 1 à plusieurs euros sur certaines nouveautés (musicales bien sur).

Frédéric Neff a dit…

@ Gna
Les prix pratiqués dans les rayons de fnac et Virgin sont décidés par la centrale et non le magasin. Quand à une majoration dans les lieux comme les gares ou les aérogares, je n'en ai jamais entendu parlé, mais ce n'est pas impossible.

gna a dit…

Les prix sont décidés par centrale, je sais merci, ce qui ne change rien au fait que les prix élevés en gare et aéroports résultent du pourcentage que touche l'établissement qui héberge le magasin, non pas parce que ce n'est pas impossible, mais parce que c'est le cas!