jeudi 22 novembre 2007

Un aller retour en Palestine

Jeudi 15 novembre, en pleine grève, à pied et en vélib, je me rend au café de la Danse pour un concert du Trio Joubran. 4 jours (presque) complet malgré les grèves.

Ces trois frères palestiniens jouent du Oud. Samir, l’ainé, est le leader incontestable. Ses deux cadets le suivent et forment, après quelques notes qu’une seule entité, le trio Joubran. C’est en anglais que Samir fait la présentation du groupe. les frères Joubran mais aussi toute l’équipe de production forment une grande famille.
Une famille qui s’agrandit avec la présence (ô combien extraordinaire) du percussionniste
Youssef Hbeisch.

Pas besoin de folle hystérique pour demander le silence dans ce concert. Le public est immédiatement saisi par les premières notes de Oud. Le voyage commence. Le son était excellent et la prestation du trio remarquable.
Subtil.
Voilà comment résumé ce concert. Subtil et très intelligent, comme la réflexion de Samir sur la situation en
Palestine. La musique passe d’un Oud à l’autre, Youssef Hbeisch ajoute le zeste rythmique qu’il faut.

3 ans après ma première rencontre avec le groupe à Arles, j’ai pris ma claque jeudi dernier au café de la danse. Plus d’une heure trente de concert face à un public qui ne les lâchait plus. L’album Majâz mais aussi un morceau de Randana ont été joué ce soir là. A la sortie, ce fut la cohue devant les CD en ventes, partis comme des petits pains. Après 10 minutes, le hall d’entrée s’est transformée en salon de dédicace en Français et en arabe.
Malgré le froid et les grèves, tout le monde est reparti avec le sourire. Une très belle soirée.

Pour ce qui ne connaissent pas le Trio Joubran, je vous invite donc à les découvrir. Leur dernier album, Majâz, est un petit chef d’œuvre chez Harmonia Mundi. Pour les voir sur scène, c’est ici.

Le
trio Joubran est aussi disponible aussi sur Internet. Ci joint ce player mis à disposition par Believe, leur agrégateur.


Mais tout ça, on en reparle plus tard…C’est promis.

0 commentaires: