jeudi 24 avril 2008

Le classique très High Tech




Non, la musique classique et l’art lyrique ne sont pas des trucs de vieux déconnectés de la toile et allergiques aux nouvelles technologies.

Pour une majorité des lecteurs de ce blog, ce n’est pas un scoop, mais il est toujours bon de lutter contre les idées reçues.

La musique classique se décline de plus en plus avec les nouveles technologies. Un nouveau site de téléchargement entièrement dédié au classique vient de sortir. Viva Musica réalisera une étude complète de ce nouveau service, musiclassics.fr, entièrement dédié à la musique classique (comme son nom l’indique).

La place n’et pas vide. On a déjà vu sur ce blog les initiatives de Medici.tv, site consacré à la diffusion de concert en direct sur internet. Medici.tv ouvre un nouveau site le 1er mai 2008 avec une large place dédié à l’éditorial, du texte et de la vidéo autour des différents projets et surtout de le musique classique en vidéo 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.
Alternaïve, projet du label distributeur Naïve prévue pour septembre 2008, a pour but de mettre en ligne des vidéos des concerts de ses artistes classiques mais aussi un zeste d’infos, les coulisses des enregistrements…
Qobuz née d’Abeille Musique, fait aussi une part belle à la musique classique. Pour l’information, le site ResMusica.com blog non-stop depuis déjà plusieurs années. Radio Classique multiplie ses webradios thématiques comme vous l’avez lu et vu ici.
Et ce n’est que pour la France. La liste bien sûr n’est pas exhaustive.

Je reste intimement persuadé que la musique classique à bien plus à apporter à la musique numérique qu’aucun autre genre musical :

- C’est un secteur de niche « universel »
Les œuvres classiques sont connu dans le monde entier du moins, la musique classique est LA référence en termes de musique harmonique dans le monde. Quelque soit la nationalité des ainterprêtes, les mêmes oeuvres sont jouées.

- C’est un gros secteur de niche
La part de marché du classique est supérieure à celle du jazz (10 à 20 % contre 2 à 6% suivant les années). Elle est donc populaire à son niveau.

- Elle est trans-générationnelle
Un point important là aussi, le public du classique se renouvelle constamment. Raison de plus pour être présent sur Internet.

- Les exigences du genre.
LA QUALITÉ et L’INFORMATION. Voilà en résumé les deux piliers de la musique classique.
Les particularités du catalogue classique. En classique, les catalogue sont énorme et l’ont peut trouver des dizaines (voir des centaines) d’interprétations différentes d’une même oeuvre. C’est cette sur abondance qui fat la force du classique. L’important en classique ce n’est pas seulement la nouveauté comme en pop mais le back catalog. Un fait unique.

- L’importance de la musique live. Comme pour le rock, le phonogramme ou CD ne sont que les substituts d’une émotion live vécu.

La dernière innovation de la scène musicale classique, c’est le très prestigieux Metropolitan Opera de New-York qui diffuse en direct dans plusieurs salles de cinéma du onde entier. Je vous invite à lire l’article de Nathalie Krafft sur rue 89 qui nous dévoile tout sur ce projet.

En résumé, la pièce, diffusée à 13h30 à New-York, heure locale est retransmise dans des dizaines de salles à travers le monde en très haute qualité image avec un son 5.1. De la bouche d’une des artistes, excusez du peu, Nathalie Dessay, « j'ai trouvé que la qualité était superbe ».
Financé par le mécénat, cette initiative permet d’augmenter l’audience d’un spectacle d’opéra sans pour autant le remplacer.
L’intérêt, c’est de voir, pour 18 euros en France, un opéra joué en direct à New-York dans les meilleures conditions qui soit à savoir en public, dans une salle noire avec un dispositif de haute qualité.

Malgré le coût élevé de cette opération, je suis sûr que ce système va se généraliser dans tous les grands opéras du monde avec peut être des diffusions sur Internet.

En aucun cas ce dispositif remplace ou concurrence l’acte d’aller à l’opéra ou celui de le regarder en direct sur Internet. C’est juste une optimisation, une augmentation du potentiel « live » pour les mateurs d’art lyrique ….et aussi les curieux. Bonne manière pour découvrir l’art lyrique non ?


0 commentaires: