mercredi 6 août 2008

Le Temps des chroniques


Dans le processus de promotion, il ne faut rater la sortie de son album. A coup d’attaché de presse et d’achat d’encart de pub, le distributeur et le label donne tout (ce qui peuvent payer) pour soutenir au mieux une sortie d’album. Objectif, avoir un maximum de visibilité pendant les 3 mois où le disque sera en magasins. 3 mois avant que les boutiques peuvent le retourner.

Ce principe a pour conséquence d’accroître les coûts de promotion. Il faut toujours faire plus pour avoir de la visibilité. Les magasins demandent plus pour accepter les disques et garantir les ventes, les places sont de plus en plus chères dans les médias. Pour un indépendant, il faut vraiment avoir un excellent attaché de presse pour avoir une chronique dans un grand média qui colle pile-poil avec la sortie du disque.
Pour avoir une couverture, des passages télés, il faut aussi le budget, encore de la surenchère …
Et ces propos des magazines qui vous disent, "2 mois, c’est trop vieux, je fait que de la nouveauté".


Et puis, il y a Internet. Bon, côté recommandation, au-delà du Web 2.0, les grands médias du web ressemblent, dans leurs fonctionnements, aux médias traditionnels, et encore plus sur le web, c’est la nouveauté qui prime.

Oh surprise, un quotidien national Suisse, Le Temps, offre un superbe cadeau à sas lecteurs et aux internautes. Dans le chronique disque de cette semaine, trois chroniques sont consacrées à des disques de fonds. On retrouve Londonium d’Archive, Battle of Armagideon de Lee Scratch Perry et le disque de Hip Hop Run-DMC.

Voilà une attitude bien maligne de la part du journal. Utiliser le web pour faire par-ci, par là, quelques focus sur des albums…

2551 chroniques (à ce jour) avec du neuf et du moins neuf.

Des choix éditoriaux et des prises de positions : est-ce l’avenir des chroniques musicales dans les médias traditionnels ?

0 commentaires: