mercredi 24 septembre 2008

Sony Ericsson, avant Apple, après Nokia

Sony Ericsson

Sony Ericsson lance fin 2008 en Suède et début 2009 en Europe, un nouveau service de musique illimitée, playNow Plus nous apprend Music Week.
C’est l’opérateur Suédois Telenor qui inaugure dans quelques semaines ce service.
Concurrent direct de Come with music de Nokia, Sony Ericsson affirme avoir déjà des accords avec les quatre majors, mieux que Nokia.
Le modèle est simple, pour 10€ par mois, l’abonné pourra sur son téléphone ou sur son PC télécharger en illimité sa musique. A la fin de l’abonnement, seule 300 titres pourront être conservés.
Les heureux acheteurs du Sony Ericsson W902 Walkman auront 1000 titres pré-chargés mparmi les plus gros succès numériques du moment.

Pour le vice-président de Sony Ericsson, Lennard Hoornik, le l’objectif est simple :
“tous les propriétaires de mobile souhaitent avoir leur contenus directement sur leurs mobiles. Mais beaucoup trouvent l’expérience difficile et long. Avec PlayNow Plus, il n’y a plus de barrières, ils peuvent découvrir, télécharger librement et recommander la musique qu’ils aiment, de n’importe où à n’importe quel moment”.

Les fans de portables sont gatés en cette fin d’année. Nokia et Sony Ericsson propose donc pour 2009 deux formules de téléchargements illimités sous condition. Le modèle économique de l’abonnement semble trouver sa formule juste avec la téléphonie en attendant la riposte d’Apple et une offre pour iPod et/ou iPhone.
Toutes ces offres proviennent de fabricants de téléphones. Les nombreuses offres des opérateurs téléphoniques n’ont pas trouvé le succès escompté, les business model des fabricants de hardware auront peut-être plus de réussite.
Avec ces modèles, comment sont rémunérés les artistes ? Les négociation des majors en direct avec les créateurs de ces offres va-t-elle entraîné une fuite des artistes de majors vers des distributeurs plus indépendant, craignant de ne pas avoir de visibilité sur leur téléchargement ?
Enfin, le plus important, le consommateur est-il prêt à investir près de 120€ par an dans une offre de musique en illimité quand il dépense actuellement moins de 20€ ?

2 commentaires:

Fried a dit…

Allez, parlons un peu boutique...
Je lis "Les nombreuses offres des opérateurs téléphoniques n’ont pas trouvé le succès escompté". Je veux pas avoir l'air d'être de parti pris, mais SFR affiche régulièrement des kilos d'autosatisfaction à propos de ses offres de musique. Et ça va sans doute pas s'arranger avec le lancement des offres "neufbox par SFR" qui permettent le téléchargement de musique illimitée (dans le cadre du catalogue Universal, on reste en famille) selon le style choisi. Alors quoi, c'est du bluff ?
Et que dire de l'ouverture du Studio SFR qui est à la fois salle de concert et lieu de vente de MP3 ?
J'ajoute en passant que certes Sony Ericsson est un fabricant de mobile, mais que Sony est un producteur de contenu, aussi bien de musique que d'audiovisuel.
Si j'osais, je dirais donc que les modèles de Nokia et Sony Ericsson sont très différents, puisque Nokia est un fabricant de tuyaux qui se lance dans la vente de services plus rentables (N Gage, Nokia maps, etc) alors que Sony est dans la concentration verticale : il fabrique les supports de fabrication (Beta, HD, etc), il produit (Sony music, Columbia, Sony Pictures, MGM, etc) il diffuse (Play Now) et il fabrique les supports de réception (mobiles, télés, home cinemas, walkman).
Pfff j'arrête là, ça me fatigue de penser à tout ça.
(Au fait, bon anniversaire !)

Frédéric Neff a dit…

Merci Fired pour vos constructives remarques. Sony Ericsson a une offre comparable à celle de Nokia en termes d'offre. C'est un accords avec les majors et certains agrégateurs indépendant pour un abonnement en illimités avec conservation des données en MP3 sous conditions. C'est un fait.
Oui, dans Sony, il y a Sony Ericsson,Sony BMG mais aussi Sony Playstation et Sony Full HD Ready...
La stratégie de Sony est celle à la fois d'une majors en mettant ses titres sur un maximum de service web lié à la musique mais aussi à la téléphonie en associant ses contenus à ses fabrication. Dans le cas de la PS3, on peut télécharger du Sony BMG sous condition avec sa console. Dans le cas de PlayNow Plus, Sony offre un service de musique complet avec du Sony BMG mais aussi la concurrence.

Enfin, et merci de le rappeler, SFR est un grand acteur dans l'offre musicale sur portable. Soyons honn^te, malgré la multiplication des offres, les ventes en lignes n'ont pas connu un essors exceptionnel. Le marché se tâte. Sonnerie, écoute en ligne, téléchargement...argh que c'est compliqué. Pour SFR, ce produit d'appel n'a pas encore trouvé sa vitesse de croisière ni son équilibre.

Les offres illimités lié à un fabricant de portable (on souscrit à l'offre via l'objet et non via l'abonnement opérateur) risque de clarifier l'offre musicale sur mobile.
Enfin, malgré l'absence de réussite commerciale dans ses offres musicales, SFR continue à investir dans la musique avec le salon SFR mais aussi SFR jeunes talents et une ribambelle d'option, de service de partenariat avec le monde musical. La partie n'est pas perdu pour les opérateur. La venue d'offre lié à des fabricant (et présente sur plusieurs territoires) va sans aucun doute modifier ce jeune marché.

Voilà mon cher Fried, et merci pour votre contribution, c'est toujours un plaisir de vous lire !