mercredi 8 octobre 2008

Alain Souchon à la sauce web

EN LIGNE


Alain Souchon a eu une crise financière très grave en rentrant de vacances.
En attendant (peut -être) "un subprime mon amour" et en attendant surement son prochain album chez Virgin prévu pour fin novembre, Alain Souchon donne en téléchargement "parachute doré" sur son site, car de toute façon plus rien ne marche comme il l'explique dans sa vidéo en homepage.

Joli initiative pas courante courante dans la variété française surtout chez un artiste à la longue carrière (pour pas dire un plus tout jeune).
Ce téléchargement libre va peut-être faire des heureux au Japon et aux Etats-Unis car Alain Souchon n'est pas disponible en téléchargement légal au Japon et aux Etats-Unis.
J'aimerais connaître l'explication du responsable distribution digital de Virgin Music qui, pour le même prix, se prive de quelques territoire sous prétexte qu'Alain Souchon ou un autres n'ont pas la célébrité de Madonna. D'autant plus ridicule que les semi-francophone scanadiens mais aussi les Néo-Zélandais, les australiens peuvent télécharger Alain Souchon !
Dommage car la chanson française a son public au japon et aux Etats-Unis. Oh, c'est pas énorme, mais ça ne coûte rien d'être présent et ça peut rapporter....C'est le principe de la long Tail...

Selon vous, pourquoi Alain Souchon (mais aussi Laurent Voulzy chez RCA et Mireille Mathieu chez BMG) ne sont pas disponibles sur iTunes Japan et USA ?


9 commentaires:

Bidibule a dit…

C’est en effet assez curieux. Mais que la cause soit intentionnelle ou contractuelle, je ne pense pas que les ventes numérique de « la Souche » aux états unis impactent de manière perceptible son pouvoir d’achat. Vu la place qu’est réservé à la francophonie au Virgin de time square, je suis en train de parler du rayon musique du monde (si ce dernier existe encore à l’heure ou j’écris ces lignes).

En tous les cas, ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir les locomotives de la pop suivrent l’exemple des artistes indés du net avec 2 ou 3 ans de retards : MP3 Gratuit Pour Chao, Souchon , Clip participatif pour Mademoiselle K , Prix de l’album à fixer soit même pour Radiohead…

Je me pose du coup une question , vont ils finir sur sellaband ? ;)

Frédéric Neff a dit…

Oui le rayon musique du monde / France est très petit chez les disquaires mais il y a un public (restreint) au USA et au Japon.

Prenons le problème dans l'autre sens. La folie des mangas entraine un boom de la culture japonaise. On trouve de plus en plus de disque d'artistes japonais de Jpop et Jrock en import dans les librairie mangas mais rien sur les site de téléchargement. A cela s'ajoute la barrière de l'écriture, les noms japonnais ne sont pas toujours traduits)et pour les noms en alphabet occidental, c'est pas top. Un singe pour le groupe de jRock X japan, un seul album pour l'arc-en-ciel (musique du générique de GTO) et excellente Jpop...
Et pourtant, le coût de mise en ligne de ces artistes sur le monde est très faible (si l'on traduit pas les pistes).

Oui, Alain Souchon perd peut-être 15 euros par mois ou par trimestre. Mais combien perd Virgin et consorts avec tous ces disques introuvables sur les stores? Un euros par-ci, un euros par là, tout ça chaque mois,le total peut faire une coquette somme au bout d'un an et ce avec un investissement nul !

Frédéric Neff a dit…

Tous chez Sellaband ? hé hé elle est bien bonne celle là.

Les artistes sont d'inventer une nouvelle relation avec leur public.
Les opération qui marche ne sont pas forcément les plus spectaculaires mais les plus en phase avec l'univers de l'artiste.
Bientôt, l'esprit indé et rock sera (eput-être) de vendre que des vinyles ou de fuir le net, ou de fuir facebook et myspace ou d'être présentq que sur ces site ou de faire un groupe "communautaire"...
Méfions-nous des effets de modes. Si les choses marchent, pourquoi les changer ? Si elles ne marchent pas pour quoi les garder ? Tant que c'est cohérent avec l'artiste, tout va bien.
Pour finir, -M- a une excellente communication web, avec une très large communauté. 9a ne fait pas de bruit mais ça permet de vendre en 3 heures toutes les places pour un concert au Transbo à Lyon sans faire un seul communiqué de presse, ni faire une seule affiches, ni aucune promo.
Gare au raccourcis trop réducteurs !
...j'ai quand même hâte de voir Johnny Halliday chez my major company, juste pour rire ;-)

Bidibule a dit…

Ecoute, on nous les a bien vendu comme de la lessive, je ne vois rien d’étonnant à ce qu’on nous les vendent maintenant comme des chevaux de course… lol !


Enfin bref encore une fois, sous sommes parfaitement d’accord. Le besoin de rationaliser le parcours entre l’artiste et son public (enfin du producteur au consommateur) rentre en totale contradiction avec la nature même de l’artiste : la trajectoire personnelle. Lorsque en juillet 2006, j’ai fait mon clip participatif , j’avais du mal à trouver un journaliste qui comprenne le concept même de la chose. Il fallut presque 1 an pour que la blogosphère s’empare un peu de la chose. Aujourd’hui, c’est en effet devenu un mode , une recette que l’on applique parce que c’est tendance , parce que ça fonctionne. (Cf cet article de telerama qui remet les choses en place):
http://www.telerama.fr/musique/des-clips-de-plus-en-plus-participatifs,32290.php

Je crois qu’il appartient à l’artiste de refuser les parcours balisés, les passages obligés, et en effet c’est à lui d’inventer sa relation avec le public et de faire en sorte que sa communication ( qui prends sur le net aujourd’hui les allures d’un packaging virtuel) soit en phase avec ses créations. Bien sûr … C’est intéressant que tu parles de « spectaculaire ». Parce qu’il y a de ça en effet. Enfin, je veux dire par là que le concept( le don de MP3, le participatif, etc) est aujourd’hui utilisé ne nous le cachons pas … Comme un accroche de com , une façon d’ « evenementialiser » une sortie d’album ou une tournée. En octobre 2008, donner un MP3, faire un clip avec des vidéos d’internautes, ce n’est ni inventer son rapport au public, ni créer l’événement.

L’aspect communautaire est à mon sens l’autre côté de la rue. La partie sourde justement. L’artiste a la possibilité d’y communiquer avec son public de façon direct. Donc sans avoir à passer par le média et une stratégie particulière.

Bidibule a dit…

Tiens, Numérama s’est aussi fendu d’un article , à charge j’en conviens mais pas complètement gratuit, sur l’opération Souchon …

http://www.numerama.com/magazine/10805-Souchon-offre-son-single-par-resignation-ou-marketing-douteux.html


Ah les temps sont durs … et la communication sur internet de plus en plus compliquée…

Frédéric Neff a dit…

Numerama ne jure que pas l'échange libre et déteste ce qui se rapproche trop d'un éditeur ou d'une major.
Etre pour la riposte gradué et offrir un titre n'est pas contradictoire. L'artiste choisit son titre et choisit de l'offrir. C'est cohérent.

C'est de bonne guerre de récupérer les adresses mails des personnes qui font la démarche individuelle et libre de télécharger le titre.
Dans un monde où rien n'est gratuit, c'est normal. Il y a bien des liens commeriaux sur numerama, on ne va pas crier à la corruption.

Guillaume Champeau voit le mal partout. A la relecture de son article, il reproche tout ce qui fait un bon marketing. efficace, populaire, opportuniste...
Ba oui, c'est opportuniste, c'est facile, c'est démago mais "ça ne jure pas "a avec l'image de l'artiste, c'est cohérent avec la sortie de son album et avec l'actualité.

Que va dire Numerama des prochains spot d'Apple, des opé Google ?

J'avais exprès orienté mon post sur le côté "neuf" d'un titre offert et le paradoxe que l'artiste n'est pas mondialment téléchargeable.

Faut assumer. La musique peut avoir elle aussi du marketing. Pourquoi le marketing des vendeurs de téléphones et d'ordi serait génial et celui de la musique douteux ?

Enfin, je ne pense pas que Souchon souffre particulièrement du P2P. Je pense qu'il souffre plus des gravure et numérisation de CD que de l'échange de fichiers. a vu de nez bien sûr.

Pas d'accord Bidibule ?

Bidibule a dit…

On ne va pas se mentir, je ne porte pas non plus Guillaume Champeau dans mon cœur. Son obstination à combattre toute forme de droit d’auteur, allant même jusqu’à les comparer à des rentes sur un site bourré d’adsense et dont le nom se termine en « rama » pour la respectabilité m’interroge. Car ce discours trouve son public. Et ce qui m’intéresse c’est de savoir pourquoi ? Et bien oui, même en cherchant bien , il m’est difficile de trouver plus sympathique que Mr Souchon dans le paysage musicale français. Homme de talent en plus. Alors comment en est on arriver là ?

Maintenant, pour être très honnête avec toi , à mon avis ce qu’il y a vraiment de neuf dans cette affaire du «mp3 Souchonesque gratuit » c’est la petite phrase un peu maladroite qui ouvre la porte à de mauvaises interprétations dans un contexte social tendu. Bref ce n’est ni très original, ni très adroit et le fait que de nombreux médias reprennent l’information en accompagnant le tout de « Ah » , de « ho » et de « formidable » attise sans doute le feu.

Je crois qui si le marketing des opérateurs téléphonique est plus simple, c’est parce que les téléphones portables ne chantent justement pas « foule sentimentale » ou « parachute doré »

Bidibule a dit…

Bon je reviens à nouveau, ( je vais finir par passer autant de temps sur ton blog que sur le mien lol ! ça t’apprendra à faire des post intéressants !)

Je me suis moi-même fendu d’une réponse à Alain sur le mode « Buzz surfing »

http://www.bidibule.net/pouralain/

Et j’ai échangé quelques mails avec Guillaume Champeau à propos de cette réponse. Et sans doute me suis-je trompé sur lui . Le ton de ses articles m’avaient donné l’impression d’un personnage aux idées arrêtés, alors qu’en fait pas du tout.. Il semble tout aussi intéressé et dubitatif sur ma position que moi sur les siennes.

Bref , quand le débat est possible , c'est que les personnes sont de valeur !

Frédéric Neff a dit…

Symapthique réponse que j'avais déjà entendu ;-)
Guillaume est nettement plus intelligent que ses lecteurs.
Je suis un grand fan de ses dossiers même si je n'apprécie pas toujours le côté militant de certains artiste. Mais c'est toujours très bien informé et on n'est pas obligé de lire les commentaires souvent désastreux.