vendredi 3 octobre 2008

Eve Angeli révolutionne-t-elle la musique ?

Non, je ne parlerais pas de musique mais de distribution. Et pour changer un peu, on va parler de variété.

Eve Angéli, sort son nouvel album. Rien d’exceptionnel sauf que la miss Evangélisme a frôlé la révolution industrielle avec….Révolution, son dernier album.

En effet, Révolution a faillit être vendu avec un taux de TVA à 5,5%. OUI ! Comme le livre !
Le mari-producteur-agent d’Eve Angeli, ne voyant pas les majors sauter sur le nouvel opus de la demoiselle décide de le vendre en bureau de presse. Changement de programme cet été. Ne restant qu’un mois dans les bureaux de presse, Eve Angéli change de stratégie et vend uniquement son disque sur amazon.fr
On a frôlé la révolution avec une TVA à 5,5% sur une nouveauté et on a une sortie physique exclusivement sur un site de vente en ligne. Ce n’est pas une révolution, juste une évolution.
Du coup, Eve Angeli se passe d’un distributeur physique au risque de ne pas toucher une partie de son public acheteur en ligne.

VOUS N'AVEZ DONC QU' A LE COMMANDER SUR WWW.AMAZON.FR ET ILS VOUS ENVERRONT L'ALBUM EN CHAIR ET EN OS CAR JE NE LE VENDS PAS EN TELECHARGEMENT LEGAL
Evengélisme 1 : Alors, est-il à vendre en téléchargement illégal ?

Vendre directement sur amazon, voilà ce que peut nous réserver l’avenir. Aux Etats-Unis, les trois plus grand vendeurs de musiques sont Walmart (grande distribution) amazon et iTunes.

Et pourtant, Eve Angeli a bien préparé sa sortie d’album sur Internet avec un « musicblog » très très rose. Jeu concours pour le cover de l’album, mise en place du tracklisting avec les fans, pré-écoute sur son site, photo de son homme et de son chien, sa vie à Pierrelatte (26) avec sa famille, partie de pétanque...
Si vous êtes fans, vous pouvez appartenir à l’univers d’Eve en étant « ses Loulous ».

Pas de Révolution pour Révolution ?

Avec sa notoriété (plus connu pour ses Evengélismes et vidéos de ses noces que pour sa musique), Eve Angeli possède une bonne communauté et un nom.
Mais voilà, le numérique fait peur.

Etant productrice de cet album et ayant investi beaucoup de temps et d'argent pour pouvoir vous offrir 15 chansons inédites, je compte sur votre soutien et vous invite à ne pas essayer de télécharger illégalement ces nouvelles chansons car je ne pourrai plus créer de nouvelles chansons si vous ne m'aidez pas à rentabiliser ces nombreuses années de travail.

On peut dire que la chanteuse passe à côté de quelque chose. Tout d’abord, une vente en directe sur Amazon n’est pas forcement le plus rentable. Il existe d’autres outils plus avantageux pour ce genre d’aventure. Ensuite, ne pas vendre son album en numérique condamne chaque MP3 à être pirate…Se priver de download, streaming et de ringtone à qutare mois d’une hebdomadaire sur M6, ce n’est pas stratégique.

Pourtant, Révolution à quelque chose de nouveau comme un cover fait par un fan, une participation du public à la création de l'album, une vente en directe, de la part d'une artiste de variété qui a une bonne exposition télé, un album en physique à 11€ seulement, Eve Angeli partait bien.

Eve Angeli s’en sort-elle mieux en solo avec son blog qu’en passant par une major ou M6 Interaction ?
Sans numérique, juste avec Amazon, difficile à dire...Qu'en pensez-vous?

6 commentaires:

bidibule a dit…

Le cas « Eve Angeli » est fort intéressant et très représentatif de ces artistes généralement propulsé par la télévision, qui retombent dans l’autoproduction et et la débrouille sans pour autant retomber dans l’anonymat. Ceux que l’on invite sur les plateaux de télé le sourire en coin , mais que l’on invite quand même. Qui utilise l’autre ? On en sait pas trop. Certainement un peu les deux … Chose certaine, ils sont de plus en plus nombreux , Sandy Sanders en chef de file d’un bataillon d’ex star academiciens.

Le problème de fond avec Eve Angeli, c’est sa popularité, sa médiatisation. Elle est indiscutablement connu du grand public, elle a accès aux grands médias, ce qui n’est pas le cas de sa musique. Alors je ne vais pas rentrer dans une analyse détaillés des mauvaises ou bonnes raisons de sa popularité … Ce que je vois c’est que l’industrie estime qu’ Eve Angeli c’est vendeur en terme de Télé , pas en terme de musique.

Je crois pour bien comprendre la situation et le choix ( si il est intentionnel ) de distribution physique qui est fait , il faut bien déconnecter deux choses : le personnage médiatique et l’album en question. Nous sommes face à un album autoproduit, non signé , donc dans une logique d’indé. Une distri physique limitée à la « Vente sur internet » pourquoi pas après tout. Est il important d’être achetable de partout quand on est entendu nul part ?

Reste la distribution numérique, et là je dois dire que le choix d’Eve et de son producteur de mari me laisse sans voix.

Frédéric Neff a dit…

Je suis d'accord avec vous bidibule. Ne pas être présent en ligne est inexplicable.
Par contre, avec son rôle de conne de service et de gentille blonde, j'ai été agréablement surpris par le blog d'eve Angeli. C'est sincère, on ne l'imagine pas tricher. Meme si on est d"sintéressé par la personne et sa musique, on peut reconnaitre qu'elle a fait du bon boulot avec son blog...Comme quoi, elle n'est pas si blonde

la FIlle du rock a dit…

J'adore ton analyse et les évangélismes parsemés :)

Bidibule a dit…

Bien, je crois en effet qu’elle est sincère. Et sans doute que cette sincérité touche les gens ( nous y compris) et qu’elle participe à grandement à sa popularité.

On pourrait donner une autre dimension au problème en parlant du décalage qui existe de plus en plus entre le jugement /discours des médias et celui de la masse. C’est formidablement intéressant. D’un côté une sorte d’élite imposée par sa position (c’est moi qui tient le micro donc je parle) dont le discours s’articule autour de valeurs qui lui sont propres. (C’est tendance, c’est sexy, t’es banckable et ah bon toi t’es has been). De l’autre côté, le public qui lui va fonder son jugement sur des valeurs autres : le mérite, la sincérité, ou tout autre chose.
Il est de moins en moins rare de voir ces deux jugements rentrer en profonde contradiction. Obligeant le média ( tenu à travers un résultat d’audience de toucher sa cible ) à intégrer à contre cœur, le discours du public. Ce qu’il fait le visage déconfit ou sous couvert de second degré. Le cas « Magalie Vae » ou celui de « Sandy Sanders » en sont de brillants exemples.
Je ne pense pas que cette contradiction soit nouvelle. Mais elle a aujourd’hui le moyen de s’exprimer de plus en plus avec les SMS de vote, Internet …


Pour revenir à nos moutons, ce qui serait intéressant c’est de savoir comment l’industrie peut argumenter son désintérêt pour Eve Angeli, la chanteuse. Et si cette vision est en phase avec celle du public … J'en doute fortement !

Frédéric Neff a dit…

Je crois plutôt qu'on a oublié une donnée essentiel.
Le public aime ce qui lui donne de l'émotion mêe si cette "émotion" est de la moquerie. On "consomme" de plus en plus de chose très "cheese" comme disent les anglais. de la merde pour faire simpel mais il y a quelque chose qui nous plait la dedans.
Je ne fait pas de jugement de valeur. on passe autant de temps a regarder des vidéos qui nous plaise que des choses immonde qu'on aime pas mais qu'on regarde quand même.
Avec le numérique, ce mélange des genres semble s'accélérer.
On veut du divertissemnt, une conne, un but, une gamelle, une baston, du cul, le zapping ou un excellent film..;Tout est bon pour satisfaire ce besoin de loisir.
C'est sur, pour Eve Angéli, artiste Loisir pour sa musique et ses vidéos/photo en petite tenue ne peut agir comme agissait une artiste de variété dans les années 90.
C'st vrai, c'est un peu nouveau de voir des artistes qui ont de la visibilité car on se fout de leurs gueule comme Cindy Sanders.

Enfin, si Eve Angeli sort seule son album, c'et que M6 a préférer financer une émission (Eve Angeli à Las Vegas) plutôt qu'un album. Car même si l'audience est médiocre, M6 gagnera plus avec ce programme qu'avec un disque. Bonne pioche pour Eve Angeli qui aura de la pub gratuite grâce aux best of de ses évangélisme et au Zapping qui ne ratera pas une seule de ses boulettes.
L'inconnu dans cette histoire c'est : est-ce que le public web est à la recherche d'Eve Angeli ou de contenu ? Si l'on demande au public ce qu'il veut, il dira toujours plus de culture, dans les fait, il choisira toujours le plus divertissent.

Bidibule a dit…

Oui pour le « star bashing » et la célébrité en mode « trash » qui sont de véritables fonds de commerce dans le paysage média d’aujourd’hui.

Pour le reste, je suis très prudent, en particulier lorsqu’il est question de sonder « ce que veulent les gens ». Je crois qu’il ne faut jamais perdre de vu que le média reste force de proposition et qu’à un moment il a fait de l’arbitraire. L’argumentation à la « Closer » : On passe ce qui marche … C’est un peu la poule et l’œuf ,voir pire donner l’illusion que le choix et la responsabilité se trouvent dans les mains du public.