lundi 10 novembre 2008

Michel de Souza : "monétiser l'anarchie"



Après Mercury, Warner, Barclay, et EMI, Michel de Souza a rejoint le site Hitmuse. Alors, que vient faire un ancien dirigeant de majors sur un site internet dédié aux artistes indépendants ?

Nous lui avons demandé le mois dernier. Rapide rencontre de Michel de Souza dans son nouveau métier.

Pensez -vous que les stars up musicales ont besoins de d’anciens de majors ?

5 commentaires:

Bidibule a dit…

Comme beaucoup d’indés, je trouve le concept de base (une sorte de compilation d’outils et de services unifiés, le fameux 360° ) est séduisant et dans l’air du temps. Reste qu’il existe quelques inconnus dans l’équation « hitmuse » :

Les outils proposés existent déjà de façon indépendante ( Et oui c’est bandant d’être indépendant) . D’où la question du positionnement. Soit on considère qu’hitmuse est une réponse globale et unique destinée à simplifier la vie de l’artiste indépendant et donc quelque part remplacer myspace , la plate forme de vente …etc … Et dans ce cas, il faut parler de concurrence directe avec des services existants très populaires et très implantés ou très novateurs. Soit on considère qu’au contraire Hitmuse est une arme de plus dans la « guérilla » web marketing de l’artiste indé. Et dans ce cas , on perd l’idée d’une réponse globale , voir 360° . Hitmuse devenant pour l’artiste une plate forme de plus à mettre à jour et à alimenter .Bref pas si facile le positionnement …

Le deuxième point c’est que le service « hitload » est un service payant. Un posture audacieuse au moment ou les moyens gratuits de vendre sa musique fleurissent sur internet et ou même Airtist qui propose en terme de vente de musique un concept très novateur et prometteur a baissé ses frais d’entrée à l’euro symbolique. Une marge arrière est elle raisonnable vu les volumes de vente dont nous sommes en train de parler ?

Bon Michel , si tu passes par là , tu fais un prix aux jeunes ( et moins jeunes) artistes prometteurs qui traînent sur ce blog?

Frédéric Neff a dit…

A prpos d'hitload, faudra attendre la sortie du service pour titiller la chose et en savoir plus.
Quand j'avais rencontré David Allouche, il m'avait longuement parlé du dvlpt de Hitmuse, un développement en plusieurs phase avec apparition au fur et à mesur des outils.

Hitmuse se veut être une communauté dédié au artiste proposant des outils pour faire son dev.
Bon, ça ne répond pas à toute les demande de tous les artistes et tous ces fameux outils ne sont pas encore dispo mais l'idée maitresse est là.
Faire payer la mise en ligne c'est aussi une façon d'impliquer l'artiste, de valoriser son travail et de ne pas avoir n'importe quoi...

On en reparle à la sortie de Hitload ?

Bidibule a dit…

J’avais vu les vidéos de David Allouche sur les catalyseurs … et sur ton blog…

Oui bien sûr qu’il faut attendre l’arrivé online de l’ « hitload » et le développement des outils (dont nous avons eu quand même quelques échos dans les précédentes vidéos) pour se faire une idée.

Le positionnement de départ (l’accès payant à la vente) n’en reste pas moins un petit peu surprenant (et je pense que je n’ai pas été le seul surpris, puisque tu lui as posé la question : L'accès à la vente en ligne payante, un obstacle ? ).

Frédéric Neff a dit…

Rien ne t'échappe Bidibule ! C'est en posant la question qu'on a les réponse sur cet accès. C'est toujours surprenant de payer sur le net. Surtout en tant qu'indé ou amateur en dvlpt.

Bidibule a dit…

Oui…lol . Il faut dire que je suis assez intéressé par le 360 d’« hitmuse » . Un service global est une véritable bonne idée et il y a une place à prendre. Pour reprendre l’idée de fond de la réponse de David Allouche lorsque tu lui as posé la question , je pense que la réponse « Direction artistique » est à ce jour ( et en l’état du marché de la musique indé/autoprod) plus adaptée que « service payant ». Mais ce n’est qu'un avis.