mardi 4 novembre 2008

Un consensus de sourd

HADOPI






Quelques jours après le passage au Sénat, le projet de loi HADOPI fait encore les choux gras du web.
« le débat dans la sérénité » comme le titre le blog du SNEP du palais du Luxembourg cache en fait une guerre de tranché entre les pour et les contre de la loi. Un hommage aux poilus peut être ?

Si nos sénateurs n’ont pas fait de cette lecture un débat haut en couleur, le web à pris le relais. En effet, depuis vendredi, UFC que Choisir, déjà stigmatisé par les sociétés d’auteurs n’a pas hésité à en faire des tonnes entre le sarcastique et le populiste. La première vidéo Dédé ça va couper a l’improbable avantage de très bien expliquer la riposte graduée. Bien mieux que ses principaux défenseurs. C’est bête et méchant mais au moins ça marche.


Côté pro HADOPI, on a aussi sorti les gros moyens du web avec j’aime les artistes.fr. Un superbe site avec des vidéos d’officiels dont Christine Aubanel qui vente les mérites de la loi. De la communication qui se veut tout public comme le prouvent les magnifiques vidéos « hé craignos, la musique c’est pas gratos ». Sélectionné pour le prix du meilleur slogan 2008 ?

Le pire reste à venir. Dans l’onglet « offre de téléchargement légal », on se sent un peu abandonné. Ne pas proposer les offres de téléphonie me semble ridicule et d‘un autre temps. On parle bien de musique légale non ?
Les FAI occupent la première place alors que leurs offres de musique sont de plus en plus souvent associées à leur abonnement.
Virgin et Fnac sont classés comme « distributeur ». Mais que distribuent ces sites de téléchargement ? Pour l’anecdote, Fnac Live ! renvois vers un site communautaire de vidéo et non vers le le Fnacmusic qui permet de télécharger.

Sans justification, le site propose des liens vers les majors. Sont-elles les seuls producteurs du marché ? Pourquoi ne pas mettre le site Deutsche Grammophon ou bien Tôt ou Tard qui vendent aussi en ligne ? La supercherie est d’autant plus grande que seul Universal vend sa musique en direct sur son site. EMI et Warner (nouveau site en perspective) ne le font pas. Sony BMG renvois vers les sites de téléchargement.

Enfin, les sites de musique, streaming abonnement et téléchargement se retrouvent à la fin dans la très glorieuse rubrique Autres avec de nombreux absents.
Comme l’a finement vu Numerama et Electron libre, il manquait le leader du marché en ligne dans l’offre légale, iTunes !
Ouf, le mal est réparé. Il ne manque plus que les numéro 2 et (bientôt) 3 du marché à savoir Emusic et amazon mp3. Il manque aussi 7 digital, Music4help et les sites spécialisés. Rien ne justifie en effet l’absence des sites comme musiclassics ou jazz en ligne ou Beatport et DJ Download pour l’électro. Si les deux derniers ne sont pas des sites français, les deux premiers sont bel et bien des créations nationales.

Entre UFC Que Choisir et j’aime les artistes, décidément, cette loi, proposer comme un accord entre les aillant droits, les internautes et les Fournisseurs d’accès, dérive lentement en guerre entre les « pour » et les « contre » loi HADOPI.
Inutile de se voiler la face. La loi HADOPI est loin d’être parfaite mais ne rien faire est tout autant imparfait.
Et vous, que pensez-vous de cette guerre de communication ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

je n'ai pas suivi toute l'histoire de cette loi, mais ce que j'en ai entendu n'est pas très rassurant!!!
Effectivement il fallait faire quelque chose contre les téléchargements illégaux le systeme de sanction en plusieurs étapes est bien mais avec cette loi c'est mr et me tout le monde qui va en patir car l'internaute qui s'y connait un minimum téléchargera par l'intermédiaire de l'abonnement Wifi de son voisin et c'est donc ce dernier qui sera sanctionné et ce jusqu'à ne plus avoir de connection internet à vie et ça c'est vraiment injuste!!!De plus la contestation sera quasi impossible non?!
En tout cas c'est mon avis sur ce que j'ai entendu, maintenant il est possible que je n'ai pas suivi toute l'histoire et que la loi ai été votée autrement?!

Frédéric Neff a dit…

Il existe déjà des moyens de contourner la loi avec la possibilité de cacher son adresse IP ou bien d'en avoir une arbitraire (la votre la mienne) pour avoir ses activité de P2Pistes en toute tranquilité.
Ce sont les moins informés (et pas forcment les plus gros "pirates" qui vont subir cette loi.
Il manque un point a ce projet. L'équilibre. Ce mode de répression original basé sur la surveillance n'est pas viable mais vouloir informer avant de punir est déjà une bonne entame.

Plus d'offres légales, encore plus d'informations pour l'internautes voilà ce qu'il faut pour équilibrer la chose. Et plus d'information passe par des messages qui ne caricaturent pas le vilain Internaute.