mardi 18 novembre 2008

Une soirée avec Constantin

CONCERT


Lundi 17 novembre je me suis glissé à l’Olympia pour la remise du prix Constantin. Une première pour moi ce genre de soirée.
Dans une salle pleine à craquer partagé équitablement entre des fans hystériques et des pros ronchons, Thomas VDB en monsieur Loyal et Etienne Daho président ont ouvert le bal.

Wahou. Un set de 8 titre d’Etienne Daho avec erreur de morceau, énergie débordante pour un artiste résolument studio. Une alternance maligne entre ses tubes 80’s revival et ses nouveaux titres plutôt pop anglaise.
Pour se donner du courage Philippe Katerine est venu le rejoindre ainsi que Camille. Cette dernière ne fait pas dans le détail. C’est avec quatre choristes muettes en robe Deschiens faisant la danse de la chambre d’isolement sans respect aucun rythme. c‘est toujours sympa de faire profiter les copines. Tiens une a une barbe. C’est un homme. Jolie Robe.
Cette troupe de danseurs auraient sûrement apporté beaucoup au morceau s’il ne s’étaient pas collés à Camille comme une petite fille timide se colle à la jambe de sa maman.

Pause bière.


C’est parti pour le marathon des 10 candidats avant changement de plateau à chaque titre. Chapeau aux techniciens. Ils ont du bien dormir.
Chapeau aussi à Thomas VDB qui a su meublé souvent très bien des fois très mal mais toujours en (essayant) d’être drôle.
The DO commence et change son image de gentil groupe pop.
Arman Méliès vient avec une armée de musiciens.
Thomas Dutronc
, sympathique, rend hommage à tous ses zikos.
Cocoon nous dit Hello.

Moriarty obtient le prix du public. Coup de cœur unanime pour Jimmy joué autour d’un seul micro. Ça sent bon l’Amérique des années John Ford.
Julien Doré, sans barrette, est ému et timide. Arman Méliès l’accompagne à la guitare. On doit se faire chier en Back Stage.
Yaël Naïm et David Donatien accompagnées de cuivre, c’est très bon.
Joseph D’Anvers rend très bien à l’Olympia.
Asa nous parle anglais avec un tout doux accent.
Barbara Carlotti conclut dans une pop bien chaloupée.


Fin du suspense, non ce n’est pas Moriarty qui gagne mais Asa. Naïve à frappé un grand coup.


Émue aux larmes dans les bras d’Etienne Daho, Asa est silencieuse et cachée. Thomas VDB meuble une dernière fois. Il doit avoir soif le bonhomme.
Enfin, pas de remerciement gnian gian mais des remerciements en musique d’abord à capella puis en impro sur un morceau.

Mardi matin, iTunes n’avait pas mis la lauréate du prix Constantin en avant. C’est malin d’être partenaire tiens ! C’est Britney Spears qui est préférée sur la newsletter. No comment.

L’Olympia avait la saveur de la réussite et de la créativité. On fait de belle chose en France. On fini avec les notes d’Asa et ses sonorité Nigériane. Il faisait beau hier soir à l’Olympia. L’effet Obama me souffle mon voisin.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

C'etait ça ton empressement pour rejoindre l'olympia. Constantin: y-a-t'il une relation avec l'empereur Romain ?

Frédéric Neff a dit…

Ba oui, l'Olympe !
ha ha ha
C'est toujours marrant comme expérience et l'empressement venait surtout du temps de transport pour rejoindre l'Olympia.

Anonyme a dit…

Après vision sur A2 de la soirée des Constantins
J'ai beaucoup aimé

YAËL NAÏM (si t'as pas les trémas t'es emmerdé)

MORIARTY bien , habillés comme les Déchiens normal Makaief et Deschamps les conseillent.
B. CALOTTI je trouve sympa;
Pui ASA très émouvante et très sincère lors de la remise de L'AVION.
T'as du te régaler mon Cochon.
Salut.

Frédéric Neff a dit…

oui ça va, je ne regrette pas ;-)
Je me suis éclaté comme un gros cochon mon cher Anonyme. Avec une mention spéciale pour Moriarty à mon goût.