vendredi 15 août 2008

Vacances


Voilà, fallait bien que ça arrive. Une pause de 15 jours SANS INTERNET et SANS ORDINATEUR !
avec un juste un peu de mer, de tempêtes de la bonne bouffe et des amis.
Je serais donc dans l'impossibilité de "checker" mes mails. Merci d'attendre le 1er septembre pour m'écrire et rendez-vous en septembre pour de nouvelles aventures et pleins d'autres surprises.

Vous pouvez patienter en cette fin d'été avec les vidéos des doigts dans le web ici.

Enfin,pour les ama
teurs de JO, de judo et de bonnes vieilles traductions google de derrière les fagot, cliquez ici pour voir une traduction des principales prise de judo dans un français des plus sympathiques comme "Le sommet à quatre coins se tient" ou "La grande moisson extérieure jette le comptoir" ou encore "Jet d'épaule manchot".

Bonne vacances et rendez-vous en septembre

La voix de son maître


La tour de Babel est-elle de retour ? C’est la question que l’on peut se poser quand on découvre le site Voxonic.

Cette star-up américaine a inventé un logiciel aussi génial que sur réaliste. Les solutions Voxonic peuvent reconstituer la voix d’un chanteur ou d’une personne et la recomposer dans une autre langue.

Un exemple saisissant est visible sur le site avec un discours de Bill Clinton. Déroutant.

Fini la preuve par l’image et adieu aux imitateurs avec ce procédé révolutionnaire.
Cette invention va résoudre les problèmes des doublages. La vrais voix de l’acteur dans la langue de son choix.
D’autres innovation sont à prévoir du côté de la musique. Certes la musique est universel, mais la frustration de ne pas comprendre les paroles pourras enfin être résolu.
Enfin, le marché asiatique, ultra consommateurs de Karaoké, pourra s’attaquer aux répertoires mondiaux en chinois, vietnamien ou Coréen !

Pourrons-nous bientôt entendre Francis Cabrel ou Elvis Presley chanter leurs plus grands tubes en Japonais ?

Jazz en ligne en ligne


Un nouveau site internet qui va faire du bruit à la rentrée. Après MusiClassics pour les amateurs de musique classique et son catalogue de majors (plus d’infos ici), voici Jazz en ligne pour les amateurs de…Jazz bien sûr, avec un catalogue indépendant. Particularité de ces deux sites, ils se consacrent exclusivement à la vente de musique d’un secteur de niche.

Voilà un site fait par des passionnés pour des passionnés. Dans un graphisme simple et modulable, jazz en ligne joue toujours la double carte du jazz. Public novice ou averti, Jazz actuel ou historique. Un site ouvert pour tous ouvert à tous donc.

Une petite vidéo vous présente la chose.

Ce qui faut retenir :

  • Téléchargement MP3 320 k/B sans DRM
  • Catalogue indépendant en pleine croissance avec Cristal Records, Chief Inspector, Sheer Sound, Elabeth et dernièrement Nocturne
  • Recherche par genres, artistes et labels
  • Un classement chronologique des « historiques » (Swing, Be bop, free Jazz, Jazz manouche) et présence de genres associés au jazz comme le Blues ou le Gospel.
  • Les récompenses des médias en un clic. Les récompenses de la presse spécialisées en Jazz sont très importantes pour les auditeurs. Bien vu de la prt de Jazz en ligne.
  • Les conseils des internautes et un forum pour l’indispensable bouche à oreille
  • Les dates de concerts en France et Belgique Luxembourg et Monaco
  • Payement à l’achat avec un porte-monnaie électronique et carte cadeau à offrir
  • Possibilité d’offrir de la musique
  • Flux RSS, Newsletters et plusieurs ambiance pour le site, les outils web 2.0 sont bien là.

Plus d’infos sur Jazz en ligne cet automne avec la rencontre avec son créateur.

jeudi 14 août 2008

L'enfer des Métadonnées, épisode 5 : une traduction nommée désir - Suite et fin

Quel est le point commun entre Bézu, Obadiah Parker, Bob Dylan, The Coors mais aussi Anne Sylvestre, Soko, Tri Yann et (!) Le Rallye Cor de Montmélian ?

La réponse est…le genre musical bien sûr !

Et oui, ces tantôt chanteurs folk, tantôt chanteurs musiques traditionnelles sont tous rentrés dans la catégorie folk un peu partout dans le monde qui répond au doux nom de …musique traditionnelle en France. Cet exemple anecdotique trouvé dans iTunes n’est pas propre à la firme de Steve Jobs mais résume bien les problématiques qui tourne autour des genres musicaux.
On pourrait penser que le numérique aurait mis au placard ces satanées « genres musicaux » certes pratique mais très enquiquinant à utiliser. En effet, les réseaux P2P, n’accordent que très peu de place au genre musical. Alors, côté marché en ligne, on se doit de multiplier les filtres pour favoriser la recherche de la musique. Quand on ne connaît pas le nom, on doit bien avoir un moyen de découvrir ou retrouver un artiste ou un titre. Nom, prénom et genre, c’est donc le minimum syndical.


On Prend les mêmes et on recommence

Le casse-tête des genres musicaux n’est pas nouveau. Déjà en magasins, plusieurs cas de conscience entament les chefs de rayons. Deux options se proposent à eux.
Soit on minimalise le nombre de genre, un truc du genre Classique, musique du monde, Jazz, variété, rock, Rap Hip-Hop et electro.
Soit on sur multiplie les sous genres.


Dans le premier cas, on se retrouve avec quelques cas de conscience.
Où va le reggae ? Air et Tecktonik vol 4 dans les mêmes rayons ? Pink Floyd en Rock ou en Electro ?


La création de sous-genres vient palier ces manques pour une plus grande visibilité et pour éviter qu’un fan d’Evil-Metal farfouille dans un bac ou il peut trouver Coldplay ou Alanis Morissette. Vexé, le bougre ne reviendrait plus.

La multiplication des genres à un double problème.
Primo, en multipliant les genres, on multiplie les cas de conscience et ces artistes un peu crossroad qu’on ne sait plus où ranger.
Deuxio, en multipliant les genres, on réduit la visibilité. Trop de sous-genres tuent les sous-genres. Chacun y va de sa vision des genres musicaux.. Peu problématique dans un magasin, sur un marché très local mais sur un marché mondial…


Et justement, le marché numérique est mondial…V
ision nationale du marché (et des genres/sous-genres) et soucis de traduction, bienvenue dans le Babel de la musique mondiale !

A cela s’ajoute les évidences : la musique japonaise est musique du monde en Europe et musique folk ou pop et autre au Japon. Et oui, tout artiste étranger devient l’artiste de musique du monde ce qui pour double conséquence de créer la confusion dans le genre musique du monde et d’accroître sa taille. Carla Bruni en musique du monde outre-Atlantique. En opposition, Sharleen Spiteri (chanteuse pop de Texas) genre rock est classée en musique du monde en France sur l'iTunes Store ! C’est ça la nouveauté avec le numérique.

Et dans un marché mondial dominé par les stores américains, on arrive vite à une classification du marché répondant aux critères d’un seul pays, les Etats-Unis. Normal.
La musique latino est un genre majeur sur iTunes (communauté Latino aux USA oblige) alors qu’en France, en Allemagne ou en Angleterre, la musique Latino est un genre mineur. Les musiques de la même origines que les émigrés de ces pays sont naturellement les plus présentes en Europe sont bien plus populaires que la musique latine.
Succès d’1, 2, 3 Soleil en France, Tarkan (turc) en Allemagne et plus grosse consommation de musique indienne en Angleterre qu’en France.
A cela s’ajoute les projets crossroad qui piochent dans tout ce melting pop musical pour notre plus grand bonheur de nos oreilles et on obtient des Magic System, Titi Robin, Abaji, Asian Dub Foundation, Tiken Jah Fakoly et bien d’autres qu'ion ne sait plus trop où ranger.


Le marché numérique n'a qu'un seul filtre pour distiller les genres et les sous-genres ce qui ne fait pas l'affaire des marchés régionaux. Certes, chaque store multiplie les sous-genres pour satisfaire les marchés régionaux (french pop, musique allemande, dance) mais leurs intégration dans le modèle global du magsin numérique n'est pas toujours réussi. De plus, certains marché régionaux sont peu travaillé car pas assez rentable pour le store.
En effet, ces derniers n'ont pas forcément la visibilité qu’ils méritent
pour leurs développements(je vous invite à voir le peu de place disponible pour les artistes de variété grec sur l'iTunes Store Grèce).
Enfin, il existe un véritable préjudice pour des sous-genres peu connu mais au potentiel international non négligeable.
Par exemple, la chanson française qui a un certain succès en Allemagne, dans les pays Anglo-saxons et au Japon mais aussi la J Pop qui surfe sur la vague manga au USA comme en Europe, et qui… paradoxalement, est invisible dans les principaux store (sauf bien sûr si l’on connaît les noms des groupes de jpop favori).
iTunes et consorts ont donc du pain sur la planche.


Vous l’aurez compris, pour vendre de la musique sur Internet, il faut penser comme un magasin mondial et comme dans un magasins de disques, c’est souvent les sous-genres et la musique spécifiques qui fait la qualité de votre magasin.
À la différence d’une grande surface, un disquaire sait proposer des albums spécifiques pour son public, un store en ligne doit pouvoir faire (au minimum) la même chose.

mercredi 6 août 2008

Le Temps des chroniques


Dans le processus de promotion, il ne faut rater la sortie de son album. A coup d’attaché de presse et d’achat d’encart de pub, le distributeur et le label donne tout (ce qui peuvent payer) pour soutenir au mieux une sortie d’album. Objectif, avoir un maximum de visibilité pendant les 3 mois où le disque sera en magasins. 3 mois avant que les boutiques peuvent le retourner.

Ce principe a pour conséquence d’accroître les coûts de promotion. Il faut toujours faire plus pour avoir de la visibilité. Les magasins demandent plus pour accepter les disques et garantir les ventes, les places sont de plus en plus chères dans les médias. Pour un indépendant, il faut vraiment avoir un excellent attaché de presse pour avoir une chronique dans un grand média qui colle pile-poil avec la sortie du disque.
Pour avoir une couverture, des passages télés, il faut aussi le budget, encore de la surenchère …
Et ces propos des magazines qui vous disent, "2 mois, c’est trop vieux, je fait que de la nouveauté".


Et puis, il y a Internet. Bon, côté recommandation, au-delà du Web 2.0, les grands médias du web ressemblent, dans leurs fonctionnements, aux médias traditionnels, et encore plus sur le web, c’est la nouveauté qui prime.

Oh surprise, un quotidien national Suisse, Le Temps, offre un superbe cadeau à sas lecteurs et aux internautes. Dans le chronique disque de cette semaine, trois chroniques sont consacrées à des disques de fonds. On retrouve Londonium d’Archive, Battle of Armagideon de Lee Scratch Perry et le disque de Hip Hop Run-DMC.

Voilà une attitude bien maligne de la part du journal. Utiliser le web pour faire par-ci, par là, quelques focus sur des albums…

2551 chroniques (à ce jour) avec du neuf et du moins neuf.

Des choix éditoriaux et des prises de positions : est-ce l’avenir des chroniques musicales dans les médias traditionnels ?

Apple au Tibet


Les JO ouvrent leurs portes ce week end. Cela n’aura échappé à aucun fans de sport ou de droits de l’homme.
Un disque rend hommage au peuple tibétain avec une compilation de reprises et de nouveautés de grandes stars internationales (Ben Harper, Alanis Morissette, Sting, Suzanne Vega, Moby…)
« Le disque sera disponible en téléchargement sur internet le 5 août, soit trois jours avant la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin. Il sera mis en vente dès la semaine suivante. Michael Wohl, de la Fondation de l'art de la paix qui soutient le dalaï lama, a précisé que le calendrier de la sortie du disque ne devait rien au hasard : "On voulait exprimer notre soutien au peuple tibétain (...) à un moment où tous les regards de la planète seront tournés vers la Chine", a-t-il expliqué. »
...lit-on dans le Nouvel Obs.


And the winner is…

ITunes bien sûr qui vole la vedette à tous le monde dans la bataille de la vente numérique. A savoir, seul iTunes vend en avant première le disque numérisé.
Une belle opération mise en avant sur tous les stores iTunes et dans toutes ses newsletters que la firme exhibe en hommepage sur store Japonais .

La dimension internationale du net prend tout son poid avec cette opération même si de (trop) nombreux pays sont n'ont pas accès aux iTunes Store.
Apple renoue avec ses sources hippies.
Voilà une belle démonstration de la domination d’Apple au niveau mondial et dans l’esprit des gens…

vendredi 1 août 2008

Présentation d'HitMuse par David Allouche

Après la présentation du site HitMuse sur les catlalyseurs Numériques, voici une interview de David Allouche, créateur du projet.
Au menu,
Présentation de David Allouche
C’est quoi HitMuse ?
Le principe HitMuse, un site communautaire ?
Prochaine étape, la prodution ?
Le modèle économique
L’effectif
HitMuse Mag, c’est quoi ?
Une entité à part ?
Des accords en cours avec les agrégateurs ?
L’accès à la vente en ligne payante, un obstacle ?
My Major compagny, Deezer, Last.fm, HitMuse et la concurence

Vous l’avez compris, HitMuse est un site à suivre avec un panel de nouveautés et de services pour artistes à paraitre d’ici à la fin de l’année.
Question bonus, Mais qui peut bien être ce distributeur indépendant dont il parle ?


HitMuse
envoyé par viva-musica