mardi 27 octobre 2009

YoosMedia, un pavé dans la mare


Dans une discrétion toute surprenante, la star up franco-amércaine Yoosmedia a sortie la semaine dernière un nouveau service baptisé Yooscafé.
Yooscafé permet d'échanger, sous couvert de la copie privée, des titres avec 3 personnes de son entourage.
Si la démonstration lors de la soirée de présentation a démontré qu'un copier coller n'est pas toujours facile, le principe est, une fois chez soi au calme, assez simple.
on s'nscrit sur Yooscafé, on upload son titre. On obtient un url type "adresse écourtée" sur twitter. on envoit cette adresse à ses amis, sur Twitter, sur Facebook, bref on en fait ce qu'on veut. Les trois premiers Internautes qui cliquent sur cette adresses peuvent télécharger le titre "légalement". Le fichier est "watermarké" comme "échangé via Yooscafé le X du mois Y de l'année Z". Aucune info personnelle n'est associée au titre.
Au delà du troisième, impossible de télécharger le morceau.
Devant un tel projet, deux questions se posent : la légalité et l'intérêt.


C'est légal ?
Selon Yoomédia, cette solution est 100% légale. L'outil utilise l'exception à la copie privée qui permet donc la copie dans un cadre familial élargi. Reste à voir si, pour le juriste, la diffusion d'une adresse URL sur Internet est compatible avec la définition du cadre familial élargi.
La limitation est de 3 copies par titre, donc pas de risque de transformer son Facebook en mini site de lien de téléchargement.
Si le cadre légal semble être respecté, ça va poser de sérieux problème au niveau éthique. Choisir une voie originale et dissocier la copie dans un cadre privé d'un côté et l'échange ou freedownload un peu partout sur des sites Internet est en soi, une évolution. C'est un peu la valeur ajoutée par rapport à Raphsidare ou Megaupload. Avec Yooscafe, on s'échange qu'avec ses amis dans un "cadre légale".
L'ouverture de cette boite de pandore risque de faire grincer des dents à plus d'un ayants droit. Difficile d'y voir clair car aujourd'hui, seule la fonction Yooscafé est activée, en attendant la Yoosbox de Yoosmedia, véritable plate forme privée permettant d'écouter la musique de ses amis et d'échanger des titres entre "amis" aussi.
Wait and see.


L'intérêt
- Pourquoi payer un service qui peut être gratuit via Skype, gmail, Dlfree ou autres services de fournisseurs d'accès qui permettent l'échange de fichiers entre utilisateurs sans se soucier de la légalité des usages ?
- Pourquoi utiliser Yooscafé quand on peut le faire sans limitation via Megaupload ou un torrent ? Par peur d'hadopi ? Mais Hadopi ne concerne que le P2P et non (pour l'instant) le reste.
Le souci de légalité est une bien maigre justification du service Yooscafé.
Dans sa communication, Yoosmedia ne vise pas le Geek du dimanche mais bien la madame Michu qui a peur de voir débarquer la police à la maison pour deux MP3 de Lorie téléchargés par le petit dernier. D'un autre côté, c'est un marché, on pense tellement peu au non technophile dans le web...
- L'offre de contenu est limitée. Même avec un grand nombre d'amis, on n'aura pas un choix exhaustif et, second problème, l'offre s'appauvrit avec le temps. Si chaque fichier ne peut être échangé que 3 fois, les meilleurs titres vont être échangé en priorité et deviendront indisponible assez vite dans notre petite communauté restreinte d'amis.


Reste la suite de l'offre. Présenté en avant première, la Yoosbox de Yoosmédia propose quelques avantages non néglieable :
- la recomandation par ses amis. Avoir accès aux contenus de ses amis au moins en streaming via l'application est premier pas vers une recommandation de qualité. On fait toujours plus confiance à ses amis. Bon, si tous vos amis ont 40 Go de musique, ça devient plus compliqué pour faire le tri.
- un cloud de sauvegarde. Si 10% des utilisateurs d'iPod ont déjà perdu leurs données selon une étude réalisée par Yoosmedia, ce service est amené à faire quelques heureux. Une sauvegarde digitale de son contenu, ça prend du sens.
- la copie Pirvé maitrisée. Combien de copie pour un titre acheté en ligne ou un disque acheté en magasin ? Difficile a dééfinir.
Ce système brise un tabou, celui de la copie privé, et ouvre une faille dans l'exploitation commerciale d'une pratique non commerciale sur un bien marchand. Toutefois, il permet aussi la maitrise de cette copie. Trois copies par fichiers possible. Y aura-t-il un feedback pour les ayants droits des copies privées réalisées ? Si oui, la Yoosbox aura un autre avantage.

- Une solution technique en marque blanche. C'est le point gagnant de Yoosmedia. Proposer un outil d'échange simple pour des sites communautaires, le service "plus" dédié à la musique. Plus d'un travail sur ce genre d'offre en effet.

La face visible de l'iceberg laisse place a plus de questions qu'autres choses. J'ai eu l'occasion d'avoir deux présentations du projet avec l'équipe de Yoosmedia. Pas facile à expliquer, projet tentaculaire et poupées russses dans l'offres des services asociés...Bref, je reviendrais plus en détail sur ce projet les jours à venir. en attendant, les comentaires sont ouverts pour vos remarques.


15 commentaires:

Stanislas J a dit…

De mon humble avis, cette initiative ne sert qu'à jouer avec les limites de la loi pour démontrer 2 choses :
- que la culture est faite pour être diffusée
- que si l'on applique le concept de la copie privée avec de tels outils, il est possible finalement de diffuser des oeuvres à grande échelle (il suffit que les 3 premiers repartagent à nouveau la chanson). le tout légalement.

Bref, c'est juste pour faire chier et montrer l'absurdité du système actuel.

Non ?

Bidibule a dit…

Arff Excellent article !

J'écrirai sans doute dessus si le service parvient à décoller.

Au niveau de l'éthique, je crains qu'il y ait comment dire une faille. Cela dit nous allons vite voir si à l'image des fabricants de disque dur ou de mémoires de stockage, Yoosmedia entends soutenir la création et les créateurs dont les oeuvres sont transmises par le service.

Seagate a attribué l'an passé des fond pour la création européen, Sandisk a licencié des albums d'artistes en développement sur les clés commercialisées en europe.

Et si ils cherchent des idées... Je suis là . ;)

Valoche a dit…

Intéressant de savoir à qui s'adresse ce site. Madame Michu?
Important de cibler Madame Michu (sans ironie).

Mais ça m'étonnerait que le look lui plaise à madame Michu.
M'étonnerait d'ailleurs que Madame Michu en ait quoi que ce soit à foutre de partager de la musique.

Si on parle bien de la même madame michu (toujours sans ironie) elle ne propose pas, elle dispose.

Elle écoute, aime ou non, mais ne recommande pas.

Qui va utiliser ce service?
A priori personne qui maitrise un minimum internet.

Je suis donc sceptique (comme souvent). Après bien sûr, je n'ai rien contre le principe bien au contraire.

A suivre quoi...

Frédéric Neff a dit…

@Stanislas un titre obtenu par copie privé ne peut être pas partagé une seconde fois.
@Valoche Ce n'ets pas parce qu'elle ne sait pas utiliser Internet que madame Michu est une vraie demeuré. L'échange de musique en famille ou entre mais, ce n'est pas l'affaire des lecteurs des Inrocks ou des super actif sur le web. La mère Michu voudra bien échanger ce qu'elle aime avec ses amis, muusique ou pas musique. Faut juste bien lui montrer comment ça marche.

christophe BERHAULT a dit…

@Stanislas, 3 fois OUI sur ton commentaire ;-)

Oui : "la culture est faite pour être diffusée"

Oui : Yooscafe.com c'est un peu "pour faire chier", un pavé dans la mare car c'était peut être à la commission sur la rémunération pour copie privée et/ou la Sacem de faire toute cette étude juridico-technique. A ce jour nous avons financé cette start-up avec zéro euros de fonds public, et ça c'est moyennement normal !

Oui : le modèle actuel autour de la copie privée est absurde et le moment est venu de faire évoluer les modèles en accord avec les usages.

Selon Darwin, la musique était pour nos ancêtres, avant l’acquisition du langage, une technique pour courtiser qui aurait ensuite donné naissance aux mots.
Et pourquoi je ne pourrais pas en envoyer un MP3 payé 1 euro à la femme de ma vie avec FaceBook ? Histoire d'éviter de prendre ma voiture et de faire 120 km le WE prochain ?

Et comment les Maires vont ils faire pour "limiter" les copies effectuées par leurs administrés qui passe régulièrement dans leurs audiothèques ?
Plus de 36000 communes, et aucune offre sérieuse sur Internet ... http://ow.ly/vCMc
Première possibilité => supprimer les CD en libre service
Deuxième possibilité => attendre encore dix ans sans rien faire. Ceux qui n’agissent pas sont (presque) certains de ne jamais se tromper

Pour le FUN en attendant 2012, la copie privée en 2007 c'était ça : http://ow.ly/x1Lf

A suivre...
Christophe BERHAULT
CEO de YoOSMedia/YoosCafe

Bidibule a dit…

Rassure moi Fred, c'est un fake ce commentaire ?

Stanislas a dit…

haha, c'est moi qui na gagné ;-)

Frédéric Neff a dit…

@Bidibule @ Stanislas euh..c'est la fête du slip ?
@Christophe Alors, un titre qu'on partage par copie privé peut être recopié ?

christophe a dit…

@frédéric "un titre qu'on partage par copie privé peut être recopié ?"

Grosse question ! ;-)
Si nous étions dans un monde parfait la réponse serait visible ici : http://www.copieprivee.culture.gouv.fr

Pour en savoir plus c'est ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Copie_privée

Tu ne trouves pas la réponse ?
Normal c'est 2 ans de R&D pour YoosMedia, plusieurs milliers de lignes de code dans nos API.

Un indice : oui c'est possible mais il y des paramètres absent dans l'énoncé de ta question ex :
1) dans quel pays de l'UE ?
2) cette musique, d'ou vient l'original ? (CGU ?)
3) quel est le niveau d'affinité entre les individus concernés ? etc etc ...

Frédéric Neff a dit…

@Christophe
ba voilà bien le problème. L'utilisateur ne se pose pas de question. La plus part des pratiques illégales ou en marge sont faites en toute "ignorance de cause"
je vais chez toi, tu numérises mon album de Yann Seul. Faute ou pas faute ?
Si une solution légale d'échange de fichiers à à concevoir, elle doit être légale et simple pour l'utilisateur.
Autre souci. Quand je copie un CD sur un DD ou en gravant, j'ai payé à l'achat du support vierge une taxe sur la copie privée.
Quand j'utilise yooscafé, je ne paye pas la taxe sur la copie privée mais je l'utilise. Comment tu expliques ça ?

christophe BERHAULT a dit…

@Frédéric
- L'utilisateur consommateur qui ne paye pas est potentiellement un pirate... en même temps une Nème étude ( http://bit.ly/23S5Jb ) réaffirme que les "pirates" sont les plus gros consommateurs de musique => La boucle est bouclée. Le modèle actuel sur la musique dématérialisée n'est plus en phase avec les usages et les calculs "approximatifs" des droits a reverser aux artistes.

mais pour répondre à ton commentaire :
"je vais chez toi, tu numérises mon album de Yann Seul" => non tu reste chez toi, tu numérises ton CD et me le forward par Internet avec un "prestataire" capable de voir non pas qui communique avec qui, mais quels sont les ayants droits concernés par cette "transaction".
Et pour le modèle économique tout reste possible en fonctions des prestataires, de leurs clients, mais on en parlera de nos clients de vive voix, par sur ce blog ;-)

Pour ce qui est de la copie d'un CD sur un DD ou autre support taxé, certes on paye à l'achat du support vierge une taxe sur la copie privée, mais il faut se RE-poser la question du mode de répartition de cette taxe après l'encaissement du vendeur (Sony ...) Il existe aussi en France des importateurs de supports vierges qui ne payent pas cette taxe.
Une remarque : un support ré-inscriptible (comme par exemple un ipod) cette taxe génère aucune valeur sur la durée en fonction de l'activité de son utilisateur, est-ce "équitable" pour les artistes.

Aujourd'hui yooscafe.com est un Proof Of Concept totalement gratuit, juste pour illustrer l'absurdité du modèle actuel (Cf commentaire de Stanislas)
En ce moment nous testons nos APIs sur Google Wave, si vous êtes "artiste" et que vous souhaitez en savoir plus RDV ici : http://bit.ly/2lpLof , cessions spéciales à partir du 18 novembre.

Cdt
Christophe

Frédéric Neff a dit…

Je ne vois pas le lien entre la légalité ou pas de Yooscafé avec la copie privé et le fait que les pirates soit les plus gros consommateurs (à moins que ce soit l'inverse)
Idem, que la taxe ne soit pas perçu, que des DD et support vierges soit vendu sans la taxe (donc fraude à la loi) c'est un fait. Mais en quoi ça légitime (ou pas) un service qui permet la copie privé sans payer cette taxe pour copie privée ?
Le voisin triche alors moi aussi j'ai droit , Ce ce qu'on doit comprendre en lisant ce commentaire Christophe ?

Christophe B. a dit…

Mais qui parle d'un service qui permet la copie privé sans payer (les auteurs) ? => pas nous !!!
Avec Deezer on écoute bien de la musique sans payer ? => la SACEM récupère une partie des recettes publicitaires du site... les auteurs sont payés (OK pas assez peut être mais c'est la SACEM qui a signé le contrat pour le compte des ayants droit)

YoosCafe.com est un POC, le modèle économique est "complexe", mais les artistes ne seront pas oubliés. FYI, dans les investisseurs privés qui nous font confiance certains sont des artistes.

Si tu as un compte Google Wave et que tu maîtrises cet outil je te laisse imaginer ce qu'il est possible de faire pour la promotion des artistes avec les APIs YoosMedia. (OK tu n'as pas les APIs, normale elles ne sont pas gratuites ... et non affichées sur le WEB)

Un programme d'affiliation est en cours pour les blogger... une souscription à coût zéro est possible avec un partage du CA, à suivre ..

christophe B. a dit…

@frederic Un petit complément, regarde ici : http://lenaka.myindietour.com/wp-content/uploads/souscription/souscription_lenaka.pdf

On est bientôt en 2010, envoyer des chèques par la poste, pourquoi pas mais on peut faire plus simple et plus efficace non ?

Frédéric Neff a dit…

Yoos media est vachement pas clair et difficile à comprendre. Je ne comprend pas pourquoi de parle de souscription (qui n'est pas nouveau d'ailleurs) c'est un pe hors sujet non ?
La question du légitime/pas légitime et savoir sur yooscafé entre dans le cadre de la copie privée ou pas est une question fondamentale.
Et là, j'ai pas l'impression d'avoir la réponse.