samedi 28 février 2009

Le mot de la fin

MOUCHOIR !

vendredi 27 février 2009

Viva musica sur BFM TV



Si vous êtes un fidèle lecteur du blog de Bidibule, vous le savez peut-être déjà. Je participe samedi 28 février de 19h à 20h à l'émission Partageons nos idées sur BFM TV. Un débat d'une heure avec en plateau le producteur Alain Rocca et le fondateur de Deezer Jonathan Benassaya et en ligne 6 internautes dont Le blogger Hugo Amsellem de DigitalMeme et moi !
J'aurais mon Twitter ouvert si vous voulez partager cette aventure en direct avec moi.
Pour ce qui n'ont pas la TNT l'émission est visible en direct sur Internet et ceux qui ne sont pas disponible l'émission sera disponible en podcast dès la semaine prochaine.

Label traditionnel & participatif, l'avenir ?

Les labels participatifs ont le vent en poupe comme le témoigne le succès de My Major Company et No Major Musik.

Le principe est simple, les internautes misent de l’argent sur un artiste. Quand le seuil (entre 50 000 et 70 000€ suivant les labels) est franchit, l’artiste est produit.
Simple, web 2.0 et valorisant pour l’artiste, le label et l’internaute-producteur-mélomane.
Du gagnant-gagnant-gagnant

No Major Musik va plus loin dans cette logique. Et si on utilisé ce système pour co-produire un artiste sur un label ? No Major Musik en parlait au MIDEM sans donner les noms du label ni de l’artiste.

Le premier test grandeur nature se fera donc avec le label indépendant Roy Music (distribution Universal) avec Mademoiselle K.
Un joli coup pour tout le monde en fait. Mademoiselle K possède une bonne communauté de fans en ligne qui avait même participé à son clip.
Le « jeu » est simple, vous pouvez devenir producteur de son DVD+CD live. Le service a ouvert cette semaine et la capture se fait….les 16, 17 et 18 mars. Bien peu de temps est donnée à l’internaute pour devenir producteur d’un artiste Roy Music.
Le partage ne sera pas plus simple en ajoutant une co-production avec un label traditionnel mais ce mode à deux avantages :
- Apporter des fonds à la production d’artistes dans des labels traditionnels
- Revaloriser l’image du producteur. Car si les labels participatifs jouissent d’une assez bonne image sur Internet, ils font le même métier de producteur que les très stigmatisés labels traditionnels.
Et vous, qu’en pensez-vous ?

lundi 23 février 2009

DigitalMeme l'Hebdo #1

Chaque semaine, DigitalMeme vous propose un nouveau rendez-vous. Un best of actu pour commencer du bon pied la semaine et se remettre les neurones dans le sens de la marche. Pour la première édition, je publie un peu tard mais le rendez-vous est pris chaque lundi sur digitalMeme.fr et bien sûr sur viva musica.

Chaque semaine, DigitalMeme vous fait la sélection du meilleur de l’actualité musique et musique digitales. Tout ce que vous avez raté ces 7 derniers jours.

SOMMAIRE - DigitalMeme #1

LA BIG NEWS :
The Pirate Bay au tribunal : l’actu de la semaine c’est le procès de The pirate Bay au Danemark

EN BREF

Pire (U)2 Pire : U2 sur eMule en avant première
La boulette :
L’UMP pris la main dans le sac
Buzz de Riche :
être payé pour télécharger
IFPI ne se fait pas des amis :
semaine noire pour l’IFPI
Un nouveau service pour Spotify : pour les twitter addict

EN ATTENTE

Naïve
Wormee
Le Mouv’
JackMaestro

A lire ICI

Le nouveau site de Naïve

“Enfin!” pourrons-nous dire et “ça valait quand même le coup d’attendre !”.
Si vous connaissiez le précédent site de Naïve voilà sans conteste votre réaction en vous connectant dès le 24 février à naive.fr, le dernier du nom.
Naïve a réussit a faire un site souple, clair et lisible permettant de trouver ce que l’on cherche (enfin) et de flâner et ce balader dans l’univers Naïve comme sur l’ancienne monture.

Car sur ce nouveau site, il est bien question d’univers et non de musique. Naive.fr est le site d’une maison d’artiste comme l’aime le rappeler son créateur Patrick Zelnik.

Les nouveautés de ce site sont donc le player à droite avec possibilité d’écouter des titres en entiers de chaque album (et peut être un jour l’album en entier) et de voir quelques vidéos…tout en continuant de surfer. Malin.
A noter aussi la possibilité d’accéder aux catalogues par support (livre/DVD, CD) ou par genre (Classique pop , jeunesse), un vrai luxe par rapport au précédent site.
Par contre, comme toujours avec Naïve, il faut mieux connaître le catalogue pour si retrouver dans ces listes de noms.
Après c’est la balade. On crée ou l’on se déplace sur des parcours, c’est à dire, on passe d’artiste en projet en cliquant sur les bulle au centre de l’écran.


L’idée n’est pas de faire un site statique, bien au contraire. Inscription, possibilité de créer ses parcours, naïve.fr se veut être un réel outil de connexion entre la marque et le public.
C’est graphiquement très beau, fluide, et assez cosy. Est-ce que ce nouveau site vieillira mieux que le précédent ? on leur souhaite. A voir aussi si les « internautes débutant » ne se perdront pas trop dans ce site.

Enfin, Naïve investit sur le futur. Courant 2009, on pourra directement acheter sa musique en physique et digital sur le site (il n’y a qu’une redirection vers Fnac, Amazon et iTunes pour l’instant).
Le projet Alternaiive, mis en pause fin 2008 verra donc le jour. Un lien l’annonce (permettant de voir un concert de Jean-François Zygel avec l’Orchestre de Radio France en vidéo).

Le message de Naïve est clair, créer du lien entre le public, le label et les artistes. Reste à voir si les fans de Naïve pourront aussi se rencontrer.

Un vaste chantier qui commence bien. En effet, Naïve vous offre 3 samplers en MP3 192kb/s pour toute inscription au site. Au menu, un sampler classique avec , Accentus, Sandrine Piau, Lise de la Salle…un sampler Pop avec Moriarty, Carla Bruni, Seu Jorge, Asa et le sampler Nouveauté Naïve 2009 avec Abel, Anthony Joseph and the Spasm Band, Jean-Christophe Spinosi et l’ensemble Matheus

Et vous, que pensez-vous du nouveau site Naïve ?

vendredi 20 février 2009

Une Fin Nocturne

L’aventure Nocturne s’arrête donc ici. Le distributeur indépendant Nocturne jette l’éponge et dépose le bilan.
Fort d’un large catalogue de Jazz, de reggae et d’electro, Nocturne avait aussi ses labels (Nocturne Jazz, BD Jazz…)

Après Night and Day il y a 3 ans, c’est au tour de Nocturne de disparaître.
En 2004 et 2005, Night and Days représentait l’exemple a suivre dans la distribution indépendante. Une croissance en flèche, une belle part de marché…. 2006 : dépôt de bilan.
En 2006, derrière les grosses locos Pias, Wagram et Naïve, Nocturne prenait la tête des distributeurs indépendants avec Abeille Musique et Harmonia Mundi.
3 ans plus tard, Harmonia mundi est toujours là, Abeille est devenu LyraMediaGroup SA incluant Abeille Musique et Qobuz (le site de vente en ligne).

Malgré la restriction des magasins et la baisse des ventes des CD les ex concurrents de Nocturne tiennent bon (malgré des rumeurs). On retrouve donc (liste non exhaustive) Codaex, Intégrale, Anticraft, l’Autre Distribution ou Socadisc. Ils continuent leurs vies de distributeurs spécialisés avec catalogue respectable et effectif restreint en faisant au mieux ce qu’ils savent faire de mieux, la distribution avec pour certain un zeste d’innovation.
Décidément le monde de la distribution reste mystérieux.

Malgré un bon catalogue et une bonne équipe, Nocturne tombe. Trop petit pour s’imposer comme un distributeur indépendant, trop petit pour développer d’autres services (édition, distribution numérique) et trop gros pour vivre à effectif réduit sur un catalogue de niche.
La fermeture d’un distributeur relance toujours un débat. Est-ce la faute à la réduction des linéaires ou est-ce la faute à la baisse des ventes CD qu’un distributeur meurt ?
Et vous qu’en pensez-vous ? Le débat est ouvert…

A lire également sur DigitalMeme.fr

Digitalmeme, c'est ouvert !

Peu de message sur ce blog ces derniers temps, et en voici la cause.
DigitalMeme !


A mettre d'urgence dans votre page netvibes.
Nouveaux site, nouvelle association, nouveau nom et nouveau logo, DigitalMeme est le nouveau rendez-vous de musique digital de la blogosphère française.
Rendez-vous donc sur DigitalMeme pour retrouvez l'actu du web et de la musique, des interviews, des surprises...

lundi 9 février 2009

L'offre classique s'agrandit



On a beaucoup parlé sur ce blog de l'offre numérique pour le classique. Lors d'une interview (bientôt disponible), Hervé Boissière, le créateur du site Medici.tv, se plaignait d'absence de concurrence et se sentait bien seul dans une offre de streaming de vidéo classique.


Le MIDEM m'a permis de rencontrer son premier concurrent anglo-américain qui ouvre ses porte cette semaine, le 11 février pour les anglais et le 2 mars pour le reste du monde. Son nom, Classical TV.
Voici en attendant La Bohème de Giarcormo Puccini dirigé par Jonathan Miller enregistré par Sky Arts au London Coliseum. Une mise en bouche de qualité et en intégralité.

Le site propose des vidéos des backstage assez sympathique avec interview et incruste de la scène pour vivre l'événement de l'intérieur. Un vrai bonus DVD.

Classical TV se présente vraiment comme une web TV avec présentateur et médiateur-journaliste, micro à la main dans les coulisse pendant la performance là où Medici.tv porpose essentiellement des capture de concerts vidéo et des reportages.

Comme vous l'aurez compris, on en sera plus courant février et en mars. Une chose est sûr, la présence d'un nouvel acteur dans l'offre de vidéo en streaming pour le classique va faire pousser vers le haut l'offre, la qualité de service et le choix pour l'internaute.
Et vous, que pensez-vous ce ce genre de service ?

jeudi 5 février 2009

The Møn, un enregistrement, un blog

BLOGOSPHERE



MøN new album
envoyé par MONTHEBAND
Coup de cœur musical et de com pour le groupe français au nom nordiste, The Møn.
L'enregistrement du second album se fait dans un château breton de Kersaliou quelque part vers Morlaix. Particularité, l'enregistrement se fait..dans une Yurt, vous savez, les tentes mongol.
Le blog est rédigé en trois langues, le français et l'anglais mais aussi la langue du grøupe avec ses ø barrés et ses sonorités nordiques.
Le Rock Orchestra et ses 7 musiciens ont donc choisi habillement un blog pour suivre et présenter la sessions d'enregistrement.


Malin car ce blog, exclusivement dédié à l'enregistrement devient un support promotionnel au prochain album prévu pour le printemps 2009 et rien ne vaut une bonne dose de web 2.0 pour mettre l'eau à la bouche. Un blog à durée déterminée pour accompagner le projet. Simple te efficace
Un investissement léger, une cohérence dans le message et la communication du groupe, un teaser séduisant le tout pour un peu de temps perdu à animer ce blog.

Culture Box, le service public du web ?


Si comme moi vous boudez le site de France Télévision vraiment pas pratique et très lent, vous allez être ravi.
France 3, riche de ses antennes régionales, lance Culture Box. un mur de vidéo organisé de façon horizontal qui donne accès à tous les contenus culturels de la chaine. Comprenez tous les reportages des JT dédiés à la culture.
"Culturebox c’est l’actualité culturelle partout en France,
Culturebox ce sont les pratiques culturelles des français.
Culturebox ce sont des reportages, des extraits d’émissions et des web exclusifs produits et diffusés par France 3.

Et parce que culturebox est plus qu’un site de vidéo, il offre une liste de services :

- Un agenda de toutes les manifestations culturelles en France.
- Des forums : 12 au total autour des grandes passions des français : théâtre, exposition, danse, jazz, classique, rock, chanson, BD, découvertes, littérature, cinéma, à suivre jeux vidéo.
- Un lien vers les offres d’emploi spectacle.
- Enfin, un espace VIP :

Chaque artiste de culturebox possède sa fiche descriptive et sa vidéo de référence. Et dans culturebox les vedettes sont plus ou moins connues mais toutes talentueuses. De l’animateur de la chorale à Thomas Dutronc, du professeur de chant à Madonna, du danseur étoile au breaker… Tous les genres, tous les goûts, tous les arts sont dans culturebox. Pour retrouver ceux qui font la vie culturelle en France chercher dans le VIP et circuler dans culturebox."


Pas (encore ?) de VOD, pas (encore?) de concerts en intégrale mais du contenu en libre écoute qu'on peut classer par région ou par style. Possibilité d'accéder aux fiches artistes et de découvrir leurs vidéos.

Pas de recherche croisée possible (région + genre artistique), impossibilité de regarder une vidéo dans un écran externe pour continuer à navigué et un contenu un peu pauvre car composé en partie de reportage.
Pas de Taratata, pas de concert de classique diffusé sur France 3 et pas de porosité avec les contenus de France 2 ou France 5 ou France 4.

L'intérêt ? Une première initiative numérique pour France 3 en misant sur sa valeur forte, les régions. Un Vidéo Wall assez intuitif et un peu en bordel pour découvrir au bonheur du clic et peut-être, un premier pas vers un service public de la TV sur Internet....avec publicité ;-)
Culture box est loin d'être parfait mais il est loin d'être terminé aussi. Ce site peut être un très bon outil pour la suite. Affaire à suivre donc !

lundi 2 février 2009

Corey Smith, un modèle pour personne, des pistes pour tout le monde



Vu chez Korben. Je voulais vous en parler depuis quelques jours mais le temps m'a manqué. Voici l'histoire de Corey Smith, un artiste américain qui dans le civil est prof et dans son temps libre musicien. Il propose gratuitement sur son site sa musique et la propose en vente sur Amazon et iTunes. Enfin, il propose de petits concerts à 5$ l'entrée. Une communauté faite en ligne, du live, du MP3 gratuit pour élargir son public et des ventes en ligne.
Au total, Corey Smith aura gagné selon Korben.info "4,2 millions de dollars en distribuant gratuitement sa musique." Je pense que ce chiffre est plus un Chiffre d'affaire englobant les revenu de ventes physique et en ligne et les concerts. Même en enlevant les frais lié à l'animation du site et aux cocnerts, mister Corey Smith a un bon pactole en fin d'année.
Cette histoire n'est pas sans rappeler Trent Reznor. Une communauté a qui l'on offre ses titres en Creative Content et la possibilité d'acheter les titres suivant ses besoins, ses envies et sa volonté à marquer sa forte appartenance et "fan-attitude" au groupe.
Même topo pour le DJ français Joachim Garraud.

Le cas Corey Smith est fort intéressant. Un indé pur et dur qui réussit seul. Le doux rêve de l'autoprod, le mirage de l'anti-système et surtout un artiste qui a les moyens avec un job qui lui rapporte de l'argent et du temps libre (pour développer son affaire) de s'autoproduire. A cela, on ajoute un territoire grand et très peuplé (les US) qui facilite vraiment la diffusion de sa musique (pas de traduction à faire, des médias traditonnels qui touchent tout un territoire, une facilité à faire des concerts...)
transposer ce modèle en Europe n'est pas impossible, juste plus délicat.

Enfin, pour réussir ce genre d'aventure, il faut une musique plutôt Mainstream (et c'est le cas de Corey Smith qui est dans la plus pur tradition folk américaine), ça parle à tout le monde.


L'aventure de Corey Smith est fort intéressante. C'est d'abord une très belle histoire pour lui et c'est fans. C'est aussi une alternative au business traditionnel qui, dans ce cas de figure, rapporte de l'argent au créateur.

Ce que doit retenir l'industrie de cette histoire, comme du MIDEM 2009, c'est qu'Internet, technologie hybride entre média et store. C'est le nouvel accès à la musique pour le public. Bloquer cet accès, c'est limiter sa diffusion sur le web et donc limiter sa communauté et par voie de conséquence ses ventes.
Plonger tête baissée dans le sillage de Corey Smith comme le modèle à suivre n'est pas la bonne solution, comme réfuter qu'un succès peu se faire, exceptionnellement via le net et de la musique libre.

Post MIDEM

Voilà, j'ai numérisé la grosse vingtaine d'interview avec de bonnes surprises et de mauvaises. Côté mauvaises, c'est le bug sur une cassette mini DV avec la perte de la Lithuanie, d'une part de la Pologne, de Chypre, de la Corée (du Sud bien sûr) et République Tchèque...
La bonne nouvelle, c'est qu'il y a 8 à 9 heures de bandes à monter avec un peu de musique et un mini tour du monde des marchés de la musique.
De Taïwan au Chili, de l'Argentine à la Finlande, de la Lettonie à la Nouvelle Zélande, un premier tour du globe des marchés, les caractéristiques locales, les facilités à exporter et à importer, le marché physique, , les dangers, le numérique et le plus beau souhait pour 2009.
Affaire à suivre !