mercredi 30 décembre 2009

Un cadeau (belge) pour passer l'année



Je n'ai pas été très actif sur viva musica en cette fin d'année. Partagé entre le projet choeurs et chorales et le BIG projet wearemusik, j'ai quelque peu délaissé mon écrin originel.
Alors, pour le plaisir de me faire pardonner et juste pour le plaisir de partager une jolie chanson pop qui vous fera passer à l'année 2010 en douceur, on part en Belgique !
Direction Bruxelles et le groupe Saint André. Quelques mois avant la sortie de leur nouvel album, Saint André nous montre une fois de plus sa capacité à faire de belle chanson pop.
Alors je ne vais pas ouvrir le énième débat (c'est fête) sur la capacité de créer (ou produire ou vendre ou accepter) de la pop en français en France. la Belgique semble bien décompléxé par rapport à nous français, trop perturbé par la bafouille d'un Beatles "le rock français c'est comme le vin anglais".
Des artistes pop et rock décomplexé, ce n'est pas ce qui manque en Belgique et Saint André ajoute sa pierre à l'édifice. Les contes de fées sont souvent méchants est donc disponible JUSQU'AU 31 décembre minuit ici gratuitement.
En cadeau bonus, et parce que ça me fait plaisir, voici un coup de coeur made in France qui n'est pas une nouveauté mais qui prouve que la capacité à faire de belle chanson pop ne défini par des frontières. C'est Yann Seul.

Découvrez la playlist Yann Seul avec Yann Seul

lundi 21 décembre 2009

C'est dans les vieilles marmites....


C'est bientôt Noël et donc la saison des bêtisiers et autres best Of.
C'est (l'excellent) dessinateur Moon Armstrong qui, lors des ses navigations nocturnes est tombé sur cette merveille, la promotion du WEB 1.0 par France Gall.
Tout est là, la présentation en allemand avec mini cv, l'orchestration en live (à l'ancienne, c'est beau), le moon walk latérale....
Dans sa robe bleue à paillette entre le pyjama de chirurgie ou la tenu de soirée des série Z. Côté physique, c'est l'An I de France Gall. Un savant mélange entre Patricia Lavila et une émérite chercheuse en sémiologie des médias de l'université d'Avignon.
Enfin, la voix, on aime ou on déteste, c'est criard et joyeux.
Bref, youtube and co regorgent de monument comme celui là à vous réveiller les zygomatiques. La face cachée de la production musicale, ce qu'on retrouve ni en magasin, ni en digital, les parents pauvres de la musique, les oubliés des charts, les pas assez intéressant à represser, bref, le back catalog.
Plus sérieusement, alors que l'allongement des droits de producteurs est encore sur le tapis, quel avenir pour ces milliers d'enregistrements oubliés au fonds des catalogues. Doit on rallonger le droit d'exploitation d'une œuvre au producteur originel ou donner accès à ses contenu oublié à des psychopathe du rythme, des défricheurs de vieux tubes et vieux titres, des archéologues de la musique comme Frémeaux et Associés, Testament ou Marianne Mélodie.
Si Computer N°3 est arrivée sur ce blog, c'est grace à une mise en ligne d'une émission allemande et la sagacité de quelques internautes un peu fanatiques des vieux airs. Mais quid des millions d'heures de musique qui ne seront jamais (re)pressée et qui concerne tous les genres musicaux ?